Farniente au bord de l’océan indien

Publié le par Maryline

Après notre merveilleux séjour chez les masaïs près de Magadi, nous retournons sur Nairobi en compagnie de Patricia et Anuang’a. Ils nous invitent à rester à l’African Heritage House, leur « camp de base » lorsqu’ils sont à Nairobi. C’est une magnifique maison d’hôtes-musée-centre culturel abritant une collection impressionnante d’objets traditionnels venant de toute l’Afrique. L’endroit n’est pas forcément adapté aux enfants, car tous les objets « utiles » (chaises, couverts, tables basses…) sont des objets de collection ! Pour l’anecdote, beaucoup de ces objets ont été prêtés par Alan, le propriétaire américain, pour le tournage de « Out of Africa ». Nous gardons nos monstres bien à l’œil. L’hôtel est en bordure du Nairobi National Park. Dans l’immense plaine qui s’étend à nos pieds, nous distinguons au loin des girafes, des gazelles et des buffles. Un musicien est en train de tourner un clip. Bref, un très bel endroit où nous n’aurions jamais mis les pieds sans nos cousins !

la vue depuis la porte du camping-car... sympa, non ?
la vue depuis la porte du camping-car... sympa, non ?
la vue depuis la porte du camping-car... sympa, non ?

la vue depuis la porte du camping-car... sympa, non ?

Après 2 nuits passées là-bas, il est temps de quitter Patricia et Anuang’a. Eux se rendent dans le parc du Masai Mara pour répéter avec le clan en vue du spectacle du 29 février ; de notre côté, nous prenons la route de la côte et rejoignons Mombasa en 2 jours. En chemin, nous longeons des parcs nationaux et avons la joie de voir une dizaine d'éléphants, ainsi que des zèbres au bord de la route! Nous délaissons la grande ville pour nous installer proches de la plage. Le littoral est très construit, il n’y a pas beaucoup d’accès pour des bivouacs sauvages. Nous nous installons sur le parking/jardin d’un resort, le Bidi Badu Beach. Pour 15$/nuit, nous avons accès à toutes les installations de l’hôtel : électricité, 2 piscines, espace sportif en plein air (les enfants joueront des heures durant au punching-ball et à la corde à nœuds !!). La plage est superbe, un sable blanc immaculé sans l’ombre d’un déchet, ça fait vraiment plaisir à voir ! Nous y restons 4 nuits, avec des journées assez similaires : réveil tardif, petit dej, grosse session d’école, baignades dans les piscines, déjeuner, temps calme puis baignade/jeux dans la mer. Voilà voilà, dur programme ! Notons 3 petites ombres à ce tableau idyllique :

  • Nous nous bagarrons avec les singes qui essaient de piquer dans nos assiettes dès qu’on mange un morceau dehors – Eliott se fait même piquer son croquemonsieur qu’il venait de poser sur la table ! On doit tout fermer car ils essaient même d’entrer dans le camping-car !
  • 2 après-midis, nous avons droit à un chanteur sur la plage. Honnêtement, ça pique les oreilles ! Quand il chante en swahili, passe encore, mais les mauvaises reprises de UB40, des Beatles ou d’Otis Redding à la boite à rythme… j’ai fui la plage pour me réfugier dans le camping-car !
  • Martin a perdu ses lunettes de plongée. Enfin perdu… disons plutôt qu’il les a laissées par terre dans le sable pendant qu’il faisait une construction à base de trous et de tunnels. Quand on est retourné les chercher 1 heure plus tard, plus de lunettes ! On les cherche dans le coin, et l’un des nombreux kenyans qui traine sur la plage pour vendre tout et n’importe quoi aux touristes nous aborde pour nous demander ce qu’on cherche. Et là il nous demande : « combien tu me donnes si je te les retrouve » ? Heu… comment dire… une poignée de main ? un grand sourire ? On se prend la tête avec lui car nous sommes certains qu’ils les a dans son sac besace, mais il est hors de question qu’on lui donne quoi que ce soit. Je préfère encore ne pas récupérer les lunettes plutôt qu’encourager ces pratiques douteuses. Renaud en parle avec les gens de l’hôtel et leur conclusion est la même : c’est surement un « beach boy » qui les a récupérées et si on ne veut pas payer, c’est mort. grrrrr

Ce matin, samedi 1er février, nous décidons de quitter la plage de Diani pour tester celle de Tiwi, un peu plus au nord. Un décor différent, mais le programme risque d’être sensiblement le même pour les jours qui viennent 😉

Farniente au bord de l’océan indien
Farniente au bord de l’océan indien
Farniente au bord de l’océan indien
Farniente au bord de l’océan indien
Farniente au bord de l’océan indien
Farniente au bord de l’océan indien
Farniente au bord de l’océan indien
Farniente au bord de l’océan indien
Farniente au bord de l’océan indien
Farniente au bord de l’océan indien
Farniente au bord de l’océan indien

Publié dans Kenya

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tom-Tom 03/02/2020 11:37

Ah la mer, ça faisait un bail dis-donc ! Reposez vous bien !

Pat 02/02/2020 19:02

C'est vrai qu'au milieu de tout ce périple, on en oublierait presque les vacances !
Retour aux fondamentaux UntourACinq et …
Bon farniente.

Anne Marie 01/02/2020 18:20

Trop beau cela donne envie de partir dans ce beau pays.
Bonne route

Cécile 01/02/2020 17:25

Vous allez avoir du mal à repartir! ;-)