11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques

Publié le par Maryline

Plus petit pays d’Afrique continentale (11 000km²), complètement enclavé dans le Sénégal, la Gambie est un pays anglophone qui a sa personnalité propre. Nous n’avions ni guide ni carte et très peu souvent de connexion, c’est donc le pays où nous avons le plus improvisé. Nous y avons découvert des gens adorables, et quelques lieux méritant le détour. Nous nous sommes surtout laissés porter au grès des petits villages bordant le fleuve Gambie. Dommage que la présence policière très marquée (et corrompue…) gâche quelque peu l’expérience !

Durée : 11 jours, du 15/04 au 22/04 2022 puis du 20/05 au 22/05 2022

1200km parcourus

Dépenses : 310€, soit environ 28€/jour. 40% de ces dépenses concerne les 2 pleins de gasoil que nous avons fait sur place. En 2ème position, le budget pour les visites (77€), où pèsent les 2 excursions que nous avons faites en bateau (sur l’ile de Kunta Kinteh et sur le Gambia River National Park pour voir les chimpanzés). Avec 40€ pour 11 jours, le budget « courses » est particulièrement bas mais nous avons fait de gros pleins de courses avant d’entrer en Gambie et avons surtout acheté sur place des fruits et des légumes.

11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques

Ce qu’on a aimé

  • L’accueil : on a beaucoup aimé l’enthousiasme que mettent les gambiens à nous saluer dans la rue ou à venir nous parler. Ça met tout de suite de bonne humeur et dans de bonnes dispositions pour découvrir un pays, je trouve.
  • Les grands arbres : la nature est généreuse ici, il n’y a qu’à admirer les immenses fromagers, les magnifiques manguiers, et les nombreux anacardiers sous lesquels nous avons pu nous abriter un peu de la chaleur.
  • Les couchers de soleil : nous avons vécu ici parmi les plus beaux couchers de soleil de notre voyage, avec de magnifiques dégradés de couleurs. J’ai un nombre impressionnant de photos de pirogues sur le fleuve au moment du coucher du soleil… magique !
  • Les chimpanzés : nous ne savions pas qu’il y avait des chimpanzés en Gambie et avons adoré l’excursion que nous avons faite depuis le petit village de Kuntaur (on peut y aller aussi depuis l’ile de Mac Carthy mais c’est plus touristique et donc plus cher). On a aimé le fait qu’il soit interdit de s’approcher de trop près des singes pour ne pas les déranger.
  • Voir nos enfants jouer avec d’autres enfants : en Gambie nous nous sommes souvent arrêtés pour dormir en plein milieu de villages, suscitant forcément la curiosité des gamins sur place. Du coup, nos enfants ont souvent joué dehors avec les petits villageois, au ballon, au frisbee, dans la rivière… mention spéciale pour Martin qui peut jouer vraiment pendant des heures (les 2 grands se lassant un peu plus rapidement) !
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques

Ce qu’on a moins aimé

  • Les plages : nous n’avons vu que 2 plages sur l’océan Atlantique en Gambie, au sud de Banjul, mais ça a suffit pour nous dégouter. Les courants et marées charriant les déchets en provenance de la capitale notamment, l’état des plages était effroyable 
  • Les contrôles tous les 15km : 5 autorités officielles sont susceptibles de faire des contrôles sur la route : la police, les douanes, l’immigration, l’armée et les brigades anti-drogue. Nous avons été arrêtés en moyenne 5 à 6 fois par jour, c’est un peu pénible au bout d’un moment. Le véhicule a été fouillé 2 fois par la brigade anti-drogue, avec vérification de ma pharmacie (et des ordonnances), en plus des 2 fois à la frontière. Pas systématiquement, mais souvent quand même, les types nous ont demandé de l’argent ou « quelque-chose ». 2 fois seulement c’était plus costaud et plus long avec prétendue infraction ou prétendue taxe, mais nous n’avons jamais payé.
  • La mendicité : nous avons trouvé les gens, et les enfants notamment, plus pressants et insistants qu’au Sénégal ou dans d’autres pays. être systématiquement accueillis par des  « give me money » ou des « toubab sweety » n’est pas particulièrement agréable. Heureusement qu’il est possible de dépasser ce stade dès lors qu’on reste un peu dans les villages, surtout si l’ont fait des activités avec les enfants (colliers de perles, dessins, Lego…)
  • La connexion internet : rho qu’est-ce qu’on a pesté à cause de cette connexion ! D’abord on a pris un opérateur pas cher mais ayant peu de connexion, puis on a changé pour Africell censé avoir une meilleure couverture mais à chaque ville le réseau sautait et il fallait passer en boutique pour réactiver un truc. Bref, une trentaine d’euros de perdus.
  • La chaleur : comme au Sénégal dans les jours qui ont suivi, on a eu très chaud en avril en Gambie. C’est habituellement le mois le plus chaud de l’année et en plus nous nous sommes pris une vague de chaleur exceptionnelle qui nous a mis complètement à plat, avec des températures ne descendant pas en-deçà de 40°.
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques

Les petits trucs qu’on a remarqués

  • Enormément de projets humanitaires/de développement : avec l’Ethiopie, la Gambie est le pays où nous avons le plus vu de panneaux d’aide au développement du type « route construite par le peuple américain », « école construite par l’Allemagne », « projet de trucmuche soutenu par l’UE »… Et je me permets un raccourci certainement trop simpliste, mais ce sont les 2 pays où les gens nous ont le plus sollicités pour qu’on leur donne quelque chose, semblant même surpris par notre refus…
  • Le pays coupé en 2 par le fleuve : quand on y pense, un pays qui fait maximum 50km de large et qui est coupé en 2 par un fleuve, ça ne doit pas être simple en termes de transport ! D’autant qu’il n’y a pas énormément d’endroits pour franchir le fleuve sur les 800km de long du pays : 2 ponts (à Farafenni et Basse) et 2 ferrys (Banjul et Mac Carthy). Entre ces 4 gros points de franchissement, ce sont de petites barges 1 à 2 véhicules maximum, parfois il faut tirer la barge au moyen d’un câble suspendu de part et d’autre du fleuve… toute une expérience que nous n’avons pas tenté 😉
  • Les gens crachent beaucoup : voilà, c’est anecdotique mais on a trouvé que les gambiens crachaient beaucoup dans la rue.
  • « My name is Lamin »… cette phrase on a dû l’entendre des dizaines de fois, à croire que la moitié des hommes dans ce pays s’appelle Lamin !
  • Ils rendent la monnaie n’importe comment : si vous voyiez les billets de dalasi (monnaie gambienne), ils sont dans un état lamentable, déchirés, scotchés et quasiment illisibles ! Et on comprend vite pourquoi : en fait ils prennent les billets comme ils viennent, les froissent et te les déposent en boule dans la main… et débrouille toi avec ça ! ça faisait râler Renaud à chaque fois, lui qui aime avoir un porte-monnaie bien rangé avec des billets classés par valeur !
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques

Infos pratiques pour circuler en camping-car

  • Point d’entrée :
    • 1ère entrée dans le pays à Amdallai : rien à payer. La police a essayé de nous faire payer 200 dalasi (environ 3,50€) pour le coup de tampon sur le CPD, c’est le prix normal à payer pour l’autorisation de circuler dans le pays avec un véhicule étranger, mais justement avec le CPD nous n’avons pas besoin de payer cette taxe. Nous avons eu le soutien du « douanier en chef » et avons eu gain de cause.
    • 2ème entrée à Giboroh : l’immigration gambienne a tenté de nous soutirer 5000CFA/pers (7,5€/pers), nous avons tenu bon. C’est un truc bien rodé qu’ils tentent à plusieurs points d’entrée et parfois à la sortie, mais qui ne repose sur rien de légal.
  • Visa : 30j gratuits en arrivant. Attention, il vaut mieux dire que vous voulez visiter le pays sur plusieurs jours. Si vous leur dites que vous ne faites que traverser, ils inventent une sorte de visa de transit payant et sont très insistants. Et autre point à noter : lors de notre 2nde entrée dans le pays nous n’avons pas voulu payer les 5000CFA demandé par l’officier de l’immigration, en retour il ne nous a accordé que 7 jours…
  • Point de sortie :
    • 1ère sortie à Sabi vers le Sénégal oriental : RAS, enfin molle tentative de nous demander 5000CFA par personne mais facilement refusée. En revanche en ville à Basse nous avons été fouillés pendant 45mn par la brigade anti-drogue qui cherchait clairement la petite bête pour nous escroquer.
    • 2ème sortie à Farafenni vers Kaolak : RAS, l’une des frontières les plus rapides de notre aventure. Rien à payer.
  • Assurance véhicule : on n’y a même pas pensé ! Et la Gambie ne figure pas dans les pays de la CIMA (conférence interafricaine des marchés d’assurance) dans lesquels nous sommes assurés via l’assurance prise au Sénégal.
  • Monnaie : le dalasi, 1€ =  61GMD.
  • Routes : On n’a pas eu de problème particulier en saison sèche : les 2 grandes routes qui traversent le pays de part et d’autre du fleuve Gambie ont un bon revêtement. On a pris des pistes praticables pour nous, quoique souvent un peu étroites. A noter qu’il y a peu de passages pour traverser le fleuve en véhicule (2 vrais ferries, 2 ponts et quelques petites barges)
  • Bivouacs : 100% des nuits en sauvage, soit en pleine nature soit dans des villages de pêcheurs. Facile à trouver et toujours très bien accueillis, avec parfois des enfants un peu envahissants au premier abord. 
  • Sécurité : RAS, on s’est senti très en sécurité, c’est un des rares pays où les gens nous disaient « oui oui pas de problème pour dormir ici, vous y serez en sécurité ! » (d’habitude les gens sont inquiets pour nous car ils n’ont pas l’habitude de dormir en dehors de leur maison !)
  • Police : déjà abordé dans la rubrique « on a moins aimé ». ça peut rendre le séjour un peu crispant si l’on n’a pas l’habitude ni la réaction appropriée.
  • Eau : c’est une ressource abondante ici, il y a des robinets partout en bord de route, dans les villages etc.
  • Carburant :  On a fait 3 pleins en Gambie, entre 61 et 64GMD/L (soit environ 1€)
  • Internet : On a trouvé les prix de la data élevés, et le service pourri ! On a pris d’abord une sim QCell, avec 1,5Go pour 270GMD (=4,5€), puis comme on ne captait jamais rien on a changé pour Africell, 50Go pour 1500GMD (25€), mais on ne captait pas mieux… ça sautait à chaque changement d’antenne et il fallait passer dans un bureau pour réinitialiser un truc.  Bref, de l’argent jeté par les fenêtres !
  • Courses : il y a peu de choix en Gambie, notamment pour les produits frais et épicerie. On avait fait un gros plein au Sénégal avant d’arriver. En revanche beaucoup de fruits et légumes en bord de route. Nous étions en pleine saison des mangues, un régal ! Concernant les légumes, on trouve surtout comme souvent des tomates, du chou, des aubergines locales (très amères), des pommes de terre. Il faut un peu plus chercher pour les carottes, et oublier le reste 😉
  • Point Covid : le quoi ? RAS, pas de test ni vaccination demandés à la frontière, jamais vu de masque.
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
11 jours en Gambie : bilan et infos pratiques
Notre itinéraire en Gambie : 8 jours (en rouge) + 3 jours (en bleu)

Notre itinéraire en Gambie : 8 jours (en rouge) + 3 jours (en bleu)

Publié dans Gambie, infos pratiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

J
bravo! merci pour les reportages et les photos interessantes!
Répondre