Farniente à Vilanculos

Publié le par Maryline

Nous arrivons mercredi 25 août à Vilanculos, après avoir dégusté notre premier matapa dans un petit resto au bord de la route. C’est une spécialité d’ici à base de feuilles de manioc, noix de cajou et lait de coco, vraiment délicieux ! Nous ne cherchons pas de bivouac sauvage et nous installons au Baobab Beach Backpackers qui propose des emplacements pour camper. Renaud doit prendre un peu d’élan pour assurer le virage qui est bien sablonneux. C’est un peu le problème que nous constatons au Mozambique, pas mal d’endroits sympas vont nous être inaccessibles sans 4x4. Mais on trouvera bien d’autres jolis coins ! Nous voilà donc installés au camping pour 3 ou 4 nuits, et on s’étale bien : hamac, tapis iranien, slackline, corde à linge… Heureusement qu’il n’y a pas d’autres campeurs !

Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos

Le lendemain, le ciel est bas est gris. Heu.. allo ?! J’ai pas commandé la pluie pendant nos vacances au Mozambique moi ! On ne fait pas grand-chose de la journée, si ce n’est un petit tour sur la plage devant notre hôtel. Sans soleil, les températures sont un peu justes pour se baigner donc on ne cherche pas à contourner l’interdiction ici : comme les activités en mer sont autorisées, il suffit d’une planche de bodyboard ou d’un ballon et la baignade devient légale… bref. C’est dommage il manque un peu de lumière mais la plage est belle quand même, même à marée basse ! On passe devant l’endroit où les pêcheurs déchargent leurs prises, mais il n’y a quasiment que des petits poissons qui ne nous intéressent pas trop. On passe ensuite au milieu du village jusqu’au marché central avec l’idée d’y acheter quelques fruits et légumes. Mais nous sommes « rattrapés » par le côté touristique de la région et pour la première fois depuis que nous avons quitté la Tanzanie, nous sommes confrontés aux Mzungus prices, à savoir des prix multipliés par 2 ou 3 pour les produits de consommation courante simplement parce que nous sommes touristes ici. C’est le genre de truc qui m’agace passablement, et je préfère acheter le minimum, désormais on sait qu’il faudra nous approvisionner sur les bords des routes en dehors des villages côtiers.

Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos

Le 27 août, nous fêtons nos 16 ans de mariage ! Après avoir fêté nos 10 ans en Mongolie, 14 ans en Israël et 15 ans en Norvège 😉 Nos amis Anabel et Camil nous ayant conseillés un super resto un peu plus au sud du pays, on fêtera ça en amoureux un peu plus tard. A nouveau, nous n’avons pas une grande activité. Nous en profitons pour découvrir les manuels scolaires pour la rentrée des enfants : que nous sommes partis en juin 2019 nous avions prévu les ressources pour 2 ans de voyage. Du coup, pour cette 3ème année, nous avons récupéré les supports du CNED des classes de CE2, 6ème et 4ème. Petit problème : même en nous concentrant sur les matières principales, ce sont plus de 3500 pages que nous devons imprimer !! Nous avons trouvé une petite boutique qui s’en est chargée à Inhassoro, le gars a halluciné et je pense qu’on lui a fait son chiffre d’affaires du mois !! Nous prenons donc le temps d’explorer le contenu de l’année, et très vite on se rend compte que le niveau et le temps nécessaire sera plus conséquent que ce que l’on faisait précédemment, en tout cas pour les 2 plus grands. Bon on avisera au fur et à mesure !

Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos

En milieu d’après-midi, nous quittons notre campement, nous avons réservé une excursion en 4x4 pour aller nous promener dans les Red Sand Dunes à une quinzaine de kilomètres de Vilanculos. Il y a en fait surtout une dune de sable orange/ocre, qui se poursuit ensuite en sorte de canyon de sable dur. Nous nous amusons sur la dune, descendons jusqu’à l’océan, remontons par les parois rocheuses, puis il est temps d’admirer le coucher de soleil sur le bush du Mozambique. Le guide a installé des sièges, il nous offre des bières et des sodas et nous admirons les couleurs changeantes jusqu’à la disparition du soleil. Bon en toute franchise, on a vu de plus beaux couchers de soleils que celui-ci, mais l’ambiance était sympa et les couleurs de la dune plongeant dans l’océan vraiment très belles. Le soir, pour diner nous avons commandé des pizzas au resto de l’hôtel, ça fait une éternité qu’on n’en a pas mangé !

Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos

Le lendemain, nous nous levons tôt car nous partons à nouveau en excursion : toute la journée cette fois-ci, pour nous rendre à nouveau dans l’archipel de Bazaruto. Rappelez-vous, nous étions partis sur l’ile de Santa Carolina il y a quelques jours, mais l’archipel est constitué en réalité de 5 iles. Et aujourd’hui nous nous rendons sur Bazaruto et Benguerra. Cette fois-ci, nous partons en speed-boat et le trajet est vraiment plus rapide, en moins de 45minutes nous débarquons sur l’ile. Mais il faut quand même que je vous raconte notre mésaventure improbable de la journée ! Il faut savoir que Louise n’est pas du tout du matin, et s’est levée particulièrement de mauvaise humeur. Alors qu’elle traine en râlant, on la bouscule un peu en lui demandant de s’activer pour se préparer, et la voilà qui s’enferme dans la salle de bain et on ne l’entend plus pendant un moment. Lorsque j’entrouvre la porte une bonne dizaine de minutes plus tard, je la trouve assise sur les toilettes, les larmes aux yeux et l’air complètement dépité. Mais ce qui attire mon regard c’est le peigne noir qui tombe sur son front. Ne me demandez pas comment elle s’est débrouillée, ni pourquoi elle a eu cette idée, mais elle a enroulé une grosse mèche de cheveux autour du peigne, puis dans l’autre sens, puis à nouveau dans l’autre sens voyant qu’elle n’arrivait pas à se dégager… le tout pour finir en un truc complètement emmêlé et inextricable. Il est 7h30, on a RDV à 8h au bateau… Je ne sais même pas si je dois rire, m’énerver ou m’apitoyer, alors je choisis la solution la plus urgente : essayer de libérer le peigne. Bon je vous la fais courte, mais j’ai essayé de dégager cheveu par cheveu pendant 1h30 dans le camping-car, puis sur le bateau puis enfin sur la plage, jusqu’à me résoudre à couper une partie de la mèche. Et comme je ne voulais pas couper tout de suite, ma louloute aura passé une bonne demi-journée avec un peigne lui tombant sur le front. Les gars du bateau ont dû croire que c’était une nouvelle mode européenne ! L’intéressée, un peu vexée quand même, m’ayant interdit de la photographier en situation délicate, je n’ai pas pu immortaliser la scène mais je peux vous assurer que ça restera l’un des grands moments de ce voyage.

Farniente à Vilanculos

Mais revenons un peu à notre excursion : lorsque nous arrivons sur l’ile de Bazaruto, le temps est un peu couvert, mais nous apprécions déjà le panorama : des dunes de sable, des lagons, un peu de végétation… un petit coin de paradis perdu ! Nous partons ensuite faire du snorkeling au-dessus d’un récif de corail appelé 2 mile reef : nous y voyons quelques gros poissons, mais l’eau à nouveau un peu fraiche nous fait remonter un peu plus tôt que prévu sur le bateau. Lorsque nous retournons sur Bazaruto, nous avons la surprise d’apercevoir un dugong. C’est un mammifère marin très rare en voie de disparition, entre le dauphin et l’éléphant de mer, qu’on ne trouve que dans quelques endroits dans le monde. Quelle chance nous avons ! Bon évidemment n’ayant que mon téléphone sous la main ça ne donne rien, mais nous sommes super heureux de pouvoir ajouter cet animal à notre « tableau de souvenirs ». De retour sur l’ile nous nous régalons du repas préparé par le cuistot, à base de poisson, calamar et riz. Puis nous embarquons pour découvrir l’ile de Benguerra, plus petite mais avec un sable plus blanc et toujours ces petites dunes qui ont un charme fou. Il est ensuite l’heure de prendre le chemin du retour, mais le capitaine profite que la marée soit basse pour nous arrêter sur un banc de sable blanc au milieu de l’océan : c’est toujours magnifique cette sensation d’être de petits robinsons échoués sur leur ile ! Pour l’anecdote, nous ne sommes pas seuls sur le banc de sable, à notre arrivée un autre bateau est amarré à côté, et nous voyons 2 personnes rapidement se vêtir à notre arrivée. Nous les avons dérangés en plein bronzage intégral visiblement… oups ! 😉 Nous rentrons au camping des images de bleu, blanc et doré plein la tête ! Cerise sur le gâteau, les enfants ont eu la permission de monter devant sur la proue du bateau et se sont éclatés tout le long du trajet !

Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos
Farniente à Vilanculos

Ce matin, nous quittons notre campsite avec l’idée de rester une ou deux journées de plus à Vilanculos. Sur le trajet pour aller aux dunes rouges, on a repéré un endroit où on pense pouvoir s’installer pour être à quelques mètres de l’océan. Malheureusement, il fait un temps tout pourri aujourd’hui, avec beaucoup de vent, des nuages, et des températures qui ont bien chuté. Ça réduit sensiblement le charme du bivouac en bord de mer, surtout après avoir vu de si beaux paysages la veille ! Du coup, changement de plans : nos amis malgaches (vous savez, ceux que l’on voit dans tous les pays depuis la Namibie !) sont à peine à 300km au sud de nous, à Tofo. Ce sera donc notre prochaine étape. Bye bye Vilanculos et l’archipel de Bazaruto !

Publié dans Mozambique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C
que de paysages superbes !
pauvre Louise; elle a dû se trouver bête !
Répondre
M
Oh mais oui elle était super vexée !
M
Merci pour ces superbes photos
Répondre