Dans la ville ensablée

Publié le par Maryline

Je vous ai laissé dans le dernier article sur un suspense insoutenable : allions nous prendre la piste D707 sur laquelle j’avais écrit un gros « non » sur notre carte papier ? Evidemment que nous l’avons prise, et quelle bonne idée ! Du sable moelleux mais pas trop profond, pas de tôle ondulée, peu de poussière, cette piste était un régal ! Mais peut-être était-elle plus compliquée quand nos amis en pleine saison des pluies avec le sable détrempé gluant et quelques passages de rivières un peu caillouteux. Toujours est-il que nous nous régalons, les paysages sont toujours aussi somptueux. Nous dépassons la ville d’Aus (300 habitants) sans nous arrêter, pour nous poser un peu plus loin sur un promontoire d’où l’on peut parfois apercevoir les chevaux sauvages qui vivent librement dans cette région. Des chevaux sauvages, il y en a très peu dans le monde, quasiment plus en Mongolie par exemple, mais une centaine vivent ici, en Namibie. Leur origine n’est pas claire : un bataillon de chevaux qui se serait échappé pendant la guerre ? une partie de l’écurie du baron local qui aurait recouvré sa liberté après la mort de celui-ci ? Toujours est-il que les chercheurs étudient de près ces chevaux qui sont capables de vivre dans le désert sans boire pendant plusieurs jours, qui urinent moins que leurs congénères et qui présentent une taille plus petite également. Dès notre arrivée, nous en apercevons 2 au loin, et nous nous sentons déjà chanceux.

Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée

Mais c’était sans savoir ce qui allait se passer le lendemain matin ! Pendant la session d’école, une dizaine de chevaux s’approche du point d’eau en contrebas. On sort pour les observer et c’est alors qu’ils s’approchent de nous, mais vraiment très très près ! Nous sommes super excités de pouvoir les observer de si près, même si, avouons-le, ils nous semblent un peu frêles sur pattes. Nous leur donnons quelques épluchures de carottes et ils restent un long moment autour de nous, certains audacieux tentant même de passer leur tête par la fenêtre et par la porte. Autant vous dire que le subjonctif présent, les nombres décimaux et les divisions par 2 sont laissés de côtés pendant cette rencontre 😉

Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée

Nous reprenons la route en fin de matinée, toujours sur notre petit nuage, pour rejoindre Lüderitz et ses 12000 habitants au bord de l’océan atlantique. Lüderitz est une ville qui a une importance historique en Namibie, elle fut le 1er comptoir allemand sur place, lançant la colonisation de ce pays par nos cousins germaniques à la fin du XIXème siècle. La ville n’est pas dénuée d’intérêt, mais le charme n’opère pas vraiment sur nous, je ne saurais pas vous dire pourquoi. Du coup nous préférons nous installer sur une plage. D’ailleurs, pour faire court, nous nous baladons de plage en plage sur ce littoral accidenté : Diaz Point où l’on aperçoit une reproduction d’une croix plantée par l’explorateur Diaz en 1488 alors qu’il retournait en Europe depuis Le Cap en Afrique du Sud, Dolphin Beach où nous n’apercevons pas de dauphins mais où Renaud et Martin ramassent des moules, des bulots et des patelles nous permettant de déguster de fabuleux spaghettis aux fruits de mer le soir même, Grosse Bucht où une épaisse brume glacée nous envahit dès 16h nous poussant à changer de plage pour retrouver le soleil. Plus question de se baigner, les températures ont bien chuté et je supporte bien ma petite laine !

Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée

Mais le moment fort de nos 3 jours à Lüderitz (et je ne parle pas de la délicieuse gaufre à la chantilly dégustée au Diaz Café !), nous l’avons vécu ce matin, mercredi 5 mai. Nous sommes allés visiter la ville fantôme de Kolmanskop. Construite en 1908 par les colons allemands, la ville a connu une prospérité fulgurante grâce à l’exploitation du diamant, avant de tomber en désuétude dans les années 1950 lorsque le filon s’est tari et que d’autres exploitations ont ouvert. A son apogée, Kolmanskop importaient des milliers de litres d’eau douce d’Afrique du sud pour subvenir aux besoins de ses 400 habitants. Et pour lutter contre le vol de diamants par les ouvriers, la ville est la 1ère d’Afrique à s’être dotée d’une machine à rayons X au début du XXème siècle (pour vérifier que les ouvriers rentrant chez eux à la fin de leur contrat n’avaient pas ingéré ou glissé dans leur peau les précieux cailloux). Je m’attendais à prendre beaucoup de plaisir à déambuler dans les maisons vides où le sable reprend peu à peu ses droits, mais je ne m’attendais pas à ce que toute la famille s’amuse autant ! Les enfants ont tout simplement a-do-ré explorer les bâtisses à l’abandon, grimper les mini-dunes accumulées derrières les portes, se glisser par les ouvertures de plus en plus réduites. Bon j’ai fait abstraction des charpentes abimées, bois cassés et morceaux de fer rouillé dépassant de partout et nous avons passé un super moment ! Nous sommes restés 3 heures sans voir le temps passer, et je vous laisse juger par vous-même combien les lieux sont photogéniques et empreints d’un certain mystère !

Demain, nous quittons l’océan pour un bon moment. Direction l’extrême sud du pays où nous attend un paysage complètement différent qui devrait, un nouvelle fois, nous bluffer.

Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée
Dans la ville ensablée

Publié dans Namibie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cindy 12/05/2021 13:07

MAIS CES PHOTOS!!!! C’est superbe, les modèles sont pas mal non plus ;) bon voyage !!
Cindy

Maryline 26/05/2021 14:46

Non mais là le lieu fait tout le boulot ;)

Catherine GUILLOTOT 06/05/2021 17:57

Coucou les amis. Encore un énorme plaisir avec ce nouvel épisode... En ce qui concerne les photos avec la mer, vous êtes certains de ne pas être venus faire un tour en Bretagne hihihi. Quant aux maisons, avez-vous investi pour vos prochaines vacances ? Bonne continuation. Bises à vous 5 et un câlin à Pépère.

Maryline 26/05/2021 14:47

Non mais l'eau est bien trop froide pour acheter une maison ici pour nous marseillais !

SCHALK 06/05/2021 09:44

Incroyable ! Comme c'est étrange, ces maisons envahies par le sable ! Trop bien, la baignoire !!! Bonne continuation à vous ! Les4As

Maryline 26/05/2021 14:48

Oui c'était surréaliste comme environnement !

Morisson jacky 06/05/2021 08:52

C est toujours agréable de suivre des nomades en vadrouille... Le camping car reste le bon choix.. Bon continuation

Maryline 26/05/2021 14:49

Oui pour nous c'est le bon choix, mais tout est affaire de compromis qui peuvent être différents suivant les personnes ;)

Ninou 06/05/2021 08:41

Un charme fou ces photos avec la baignoire, et ces couleurs

Hélène 06/05/2021 05:57

Bonjour amis voyageurs, toujours autant de plaisir à vous suivre. Je me régale de vos photos et là c'est un festival ???????? Merci