7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan

Publié le par Maryline

Quelle jolie surprise que ce pays méconnu des voyageurs ! Nous avons ressenti en Zambie un peu ce que nous avions vécu en Ouganda : nous sommes arrivés sans attentes particulières, sans images en tête et nous nous sommes laissés portés. Il n’y a pas forcément grand-chose à faire ou à voir en Zambie, par rapport aux pays voisins, mais nous avons vraiment beaucoup aimé les 7 semaines passées ici, sans avoir l’impression de nous ennuyer. Malgré le fait d’être restés 2 ou 3 semaines « en trop », freinés par quelques problèmes mécaniques à l’arrivée et la convalescence de Renaud sur la fin. Le fait d’y voyager en saison des pluies a été à double tranchant : d’un côté nous avons été limités sur certaines pistes et avons parfois dû tourner et virer pour trouver des bivouacs accessibles, d’un autre côté les paysages verdoyants nous ont bien plus, en saison sèche tout est brulé par le soleil.

Durée : 49 jours, du 9 janvier au 26 février 2021

4 700 kilomètres parcourus

Dépenses : 2632€, soit 53,70€/jour. Ce montant ne comprend pas les frais médicaux liés à la malaria de Renaud, qui nous ont intégralement (et rapidement !) été remboursés par notre assurance (185€). Pour la 1ère fois depuis notre départ, nous avons eu des frais mécaniques, environ 450€ pour 2 pneus, le remplacement des roulements arrière, et le dégripage des étriers de frein. Et voyage en tant de Covid oblige, la somme dépensée comprend également les 190€ de tests obligatoires pour entrer au Botswana. Finalement, si l’on enlève ces 2 postes, on a tourné à 40,60€ de dépenses par jour pour toute la vie quotidienne (visas, assurance, gasoil, visites, courses etc.), ce qui fait de la Zambie l’un des pays les meilleurs marché de notre parcours jusqu’à présent. Chose étonnante en Afrique, nous n’avons quasiment jamais eu à négocier les prix dans les restaurants locaux ou sur les marchés ou pour acheter nos fruits et légumes au bord de la route. Pas de Mzungu prices en Zambie, à l’exception évidemment des boutiques de souvenirs à Livingstone et aux chutes Victoria. A noter qu’officiellement tous les « monuments nationaux », c’est-à-dire la moindre cascade, peinture rupestre, sources chaudes ou autre mémorial sont payants, avec un prix en dollars pour les non-résidents. Généralement entre 10 et 15$/adulte, moitié prix pour les enfants à partir de 5 ans, 5$ de frais de parking et 15$ si vous voulez camper sur place. Largement exagéré par rapport à la qualité des installations ou la « valeur » du site ! Mais la négo est assez facile avec un peu d’aplomb et un grand sourire, y compris aux chutes Victoria 😉

7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan

Ce qu’on a aimé

  • L’accueil des zambiens : Ok vous allez dire que j’écris ça après chaque pays, mais c’est aussi ce qui fait le plaisir de voyager en Afrique : lorsque les gamins courent à côté du camping-car en criant, quand les femmes âgées nous font de grands sourires édentés, quand les bambins nous font un « pouce en l’air ». Les gens parlent un très bon anglais ici, ce qui permet d’échanger avec n’importe qui. Nous avons trouvé les zambiens très respectueux, je regrette un peu de ne pas avoir plus osé aller à leur contact, mais ce n’est pas forcément évident, j’ai toujours peur de déranger…
  • Les maisons traditionnelles, ou plutôt les groupes de maisons : nous avons adoré ces maisons rondes ou carrées, en terre cuite avec leur toit de chaume, disposées autour d’une cour commune. Par rapport au Kenya ou à la Tanzanie, on a vu ici nettement moins d’habitat « en dur », à part dans le sud du pays plus touristiques et urbanisé. Cela contribue à faire de la Zambie un pays très traditionnel et dépaysant à nos yeux.
  • La route des cascades dans le nord du pays : certes on a un peu galéré sur certaines portions, mais on a adoré cette boucle nous faisant passer par d’adorables petits villages, de superbes chutes d’eau, un lac, une immense plaine marécageuse…
  • Les chutes Victoria : c’est le joyau du pays, comment ne pas le citer ? Visite incontournable en Zambie, le site mérite amplement sa réputation de merveille du monde. Visiter les chutes en pleine saison des pluies permet de les voir au maximum de leur puissance, c’est un spectacle incroyable.  Les embruns sont tels, en revanche, que la visibilité en est presque réduite. Il « pleuvait » tellement sur la passerelle longeant les chutes qu’on avait du mal à ouvrir les yeux ! A la fin de la saison sèche, le débit est très fortement réduit, notamment du côté zambien des chutes (elles sont « partagées » avec le Zimbabwe).
  • Notre expédition dans le parc national de South Luangwa : 750km aller, 750km retour, un 4x4 en panne, un éléphant qui nous charge… je vous laisse (re)-lire l’article sur ce qui restera un moment fort de notre séjour en Zambie.
  • Les magasins modernes : certes, ça peut être contradictoire avec le fait qu’on aime le côté traditionnel de la Zambie, mais j’avoue que la facilité du ravitaillement ici est assez séduisante. Fruits et légumes au bord de la route, et épicerie et produits frais dans les grandes surfaces type Shoprite, une chaine présente dans tout le pays. Les produits ont des codes barre, on y trouve quasiment de tout, bref, c’est facile et sans prise de tête. A noter qu’on trouve en Zambie énormément de boucheries proches de ce qu’on connait en France, y compris dans les petites villes. Ça nous change des carcasses pendues entre 2 réparateurs de pneus qu’on trouvait jusqu’à présent 😉
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan

Ce qu’on a moins aimé

  • L’absence de panneaux de signalisation : si la Tanzanie nous a habitués à respecter scrupuleusement les (nombreuses !) limitations de vitesse, la Zambie franchit un nouveau cap puisque nous sommes censés respecter des limitations qui ne sont pas indiquées. Pas tout le temps, évidemment, mais nous avons été arrêtés 3 fois (avec une amende à chaque fois) pour excès de vitesse dans une zone non indiquée. Une fois la limitation était indiquée sur la route à la peinture mais a été effacée par les pluies (c’est un autre conducteur arrêté qui nous l’a confirmé, Renaud pensant que le flic se moquait de lui), une autre fois on aurait dû savoir qu’il fallait ralentir à l’approche du pont, et la 3ème fois en descente, en ligne droite avec les pointillés permettant de doubler, on n’a toujours pas compris la limitation à 60. Aucune négociation possible, ce qui nous rassurait c’est que nous n’étions pas les seuls visés, c’était un festival de véhicules arrêtés à chaque fois. 300KW l’amende, soit environ 11€, ce n’est pas énorme mais ça mettait Renaud dans un état de rage à chaque fois. Pas devant les policiers, évidemment, c’est juste nous qui en faisions les frais après 😉
  • Les bus qui roulent comme des dingues : Punaise ils décoiffent les bus zambiens sur les grands axes ! Sur les routes défoncées comme celle de Nakonde-Mpika, Renaud s’arrêtait carrément pour les laisser passer en face à toute vitesse. Eux d’abord, nous après, on a très vite compris la règle.
  • L’état de certaines routes : finalement, on n’a pas pris tant de routes pourries que ça en Zambie mais on se souviendra particulièrement de la route Nakonde-Mpika et du tronçon Mporokoso-Kawambe. Pour le reste, nous sommes habitués maintenant aux nids de poule qui peuvent surgir à tout moment même quand le bitume semble bon. A noter que pas mal de routes nous ont semblé récentes, et que celles du sud du pays sont plutôt bonnes (dont celle allant vers le South Luangwa national parc, rénovée avec le concours de l’Agence Française de Développement… cocorico !)
  • L’impact visible de la chute du tourisme depuis le covid : alors que la Tanzanie a finalement réussi à limiter la casse en matière de chute du tourisme par rapport à d’autres pays, ici nous avons pris en pleine face le dénuement de toutes les personnes qui en vivent habituellement, notamment à Livingstone. La détresse des vendeurs de souvenirs dont les boutiques sont désespérément vides et qui sont prêts à brader leur marchandise à des prix ridicules pour pouvoir ramener de quoi manger à leur famille le soir. Un crève-cœur !
  • L’hospitalisation de Renaud à l’hôpital public de Livingstone : le souci de santé, c’est ce que redoutent tous les voyageurs. Grosse frayeur de notre côté qui aurait pu mal tourner, 6 jours de fièvre par intermittence avant de détecter la malaria, c’est long, très long pour un parasite qui se soigne bien s’il est pris rapidement. Heureusement, après 3 jours à l’hôpital et une bonne semaine de repos derrière, tout cela est derrière nous à présent.
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan

Les petits trucs qu’on a remarqués

  • Quelle surprise de découvrir de vrais magasins de vêtements dans les petites villes de Zambie (la chaine PEP, par exemple, avec panier à l’entrée et rayonnages fournis, plusieurs exemplaires, des tailles différentes… une sorte de Kiabi, finalement) ! Jusqu’à présent en dehors des grandes villes/capitales, les vêtements s’achètent plutôt sur les étals des marchés, dans la rue etc.
  • Malgré maintenant plusieurs mois à arpenter les routes d’Afrique, dans la partie nord-est du pays, nous avons été impressionnés par le nombre de personnes vendant des fruits, légumes, poissons, champignons, poules ou encore charbon de bois au bord de la route. Cela constituait notre principale source de courses pour les produits frais, occasionnant parfois quelques bourdes, comme cette fois où nous avons acheté 6kg de champignons, ou bien ce sac de 10kg de pommes de terre…
  • Il doit être facile de faire du stop en Zambie, car c’est un moyen de transport très répandu ici pour les locaux eux-mêmes. Il faut dire que nous n’avons pas vu beaucoup de minibus comme on peut en voir au Kenya ou en Tanzanie. Donc ici c’est donc système D ! Malheureusement nous n’avons pas pris grand-monde cette fois-ci, préférant limiter le nombre de personnes dans notre maison à cause de la pandémie.
  • En Zambie, le moindre village a son « kingdom hall » des témoins de Jehova. Vraiment le moindre village, c’est la première fois qu’on en voit autant. Et dans le même village, se côtoient les églises pentecôtistes, adventistes, réformistes, méthodistes, baptistes etc. Des villages où il y a plus d’églises que d’écoles et de médecins réunis… ça me laisse perplexe…
  • Je ne sais pas ce que ça donne en saison sèche, mais lors de notre passage nous avons été impressionnés par la quantité de terres cultivées : énormément de maïs, mais aussi des tomates, potirons, manioc etc. Il y a d’ailleurs dans tous les villages des boutiques vendant des graines, des boutures et des fertilisants, sur les bords des routes des panneaux publicitaires pour de grosses entreprises de semences. Tout semble pousser ici, et en grande quantité !
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan

Infos pratiques pour circuler en camping-car

  • Point d’entrée : Nakonde, en arrivant de la Tanzanie. Un peu le bazar à la frontière mais rien d’insurmontable, nous n’avons eu besoin de personne, les gens travaillant au poste frontière nous indiquant sans problème les différentes démarches à faire. Nous avons payé :
  • 20$ de road toll
  • 480 KW (=18,50€) de carbon tax calculée à partir de la cylindrée, 2800cm3 dans notre cas
  • 50KW (=1,90€) de council fee
  • 170KW (=6,50€) d’assurance au tiers pour le 1er trimestre

Pas de fouille du véhicule. La route pour rejoindre Mpika est vraiment pourrie avec d’énormes nids de poule et des bas-côtés escarpés.

  • Visa : 50$ pour 30 jours, pris à la frontière. Le visa est gratuit pour les moins de 18 ans. Il peut être renouvelé gratuitement aux bureaux de l’immigration (il y en a dans toutes les villes moyennes) pour un séjour total d’une durée maximale de 90 jours. Nous avons renouvelé le nôtre à Lusaka (car c’était vraiment sur la route) en quelques minutes.
  • Point de sortie : Kazungula, vers le Botswana. En réalité nous souhaitons aller en Namibie, mais tout le monde nous a fortement déconseillé la route directe Zambie/Namibie, très cassante. Nous optons donc par la route parallèle qui passe par le Botswana pour préserver notre véhicule. On a juste payé 50KW (=2€) de council fees pour sortir. Bientôt un pont tout neuf permettra de relier le Botswana, mais nous avons dû prendre une berge (150KW) pour traverser le Zambèze. Les formalités se font de part et d’autre du fleuve. Nous avons payé 321 Pula (=23€) de taxes et assurances côté Botswana.
  • Test Covid : un test de moins de 7 jours est demandé pour entrer en Zambie lors de notre passage. Nous l’avons fait à Mbalazi, en Tanzanie, pour 50$/personne le 4 janvier, résultats reçus via whatsapp 4 jours plus tard. Nous avons rencontré des voyageurs (1 autrichien à vélo et un couple de français en transports en commun) qui n’ont pas fait de test et qui se sont pointés à la frontière Tunduma/Nakonde, et ont pu faire un test sur place (gratuitement pour l’autrichien, 20$/pers pour le couple). Pour entrer au Botswana, nous avons fait nos tests le 24 février 2021 au Livingstone Hospital moyennant 1000KW/personne (=38€), résultats obtenus en 48h (la promesse était 24h).
  • Assurance : prise dans un bureau à la frontière pour 170KW (=6,50€). Fonctionne au trimestre donc nous sommes « couverts » jusqu’au 31 mars. Elle nous a été demandée plusieurs fois lors de contrôles de police.
  • Monnaie : le kwacha zambien, au taux approximatif de 1€ = 26,26KW. On trouve des ATM dans toutes les villes, les retraits sont souvent limités à 4000 KW (environ 150€). Les banques Stanbic et FNB ne prennent pas de commission, mais on n’en a pas trouvé dans le nord-est du pays. La Zanaco Bank prend 50KW sur chaque retrait. On peut payer par CB pour le gasoil et les courses dans les plus « grands » supermarchés, mais prévoir du cash car souvent les terminaux sont en panne.
  • Routes : on a trouvé les routes de la partie sud en bon état, notamment celles en étoile autour de Lusaka. Les routes secondaires en revanche sont souvent pleines d’énormes nids de poule. Une partie des parcs est inaccessible en ce moment à cause des pluies. La route de Nakonde à Mpika nous a bien saoulés. A noter que nous avons passé une bonne quinzaine de péages, 20KW à chaque fois pour notre véhicule (=0,75€). C’est le 1er péage qui a décidé le prix en regardant notre carnet de passage. Je ne sais pas s’il prend en compte le nombre de passagers (5 pour nous) ou bien le poids du véhicule (officiellement 2997kg pour nous). En tout cas à chaque péage suivant ça avait l’air de surprendre les agents qui pensaient qu’on allait payer 50KW avec ce type de véhicule, mais ils se sont à chaque fois alignés sur le 1er ticket.
  • Bivouacs : si l’on met de côté la semaine de réparation du camping-car à Mpika et les 2 semaines sur un parking d’hôtel à Livingstone à cause de l’hospitalisation de Renaud, nous avons fait pas mal de bivouacs dans la nature et/ou gratuits en Zambie. Nous nous sommes sentis parfaitement en sécurité, même les enfants n’osaient pas trop s’approcher. Nous avons beaucoup aimé dormir au pied des chutes d’eau lors de notre boucle dans le nord-est, mais il faut négocier car les prix annoncés en $ sont ridicules ! Répartition de nos bivouacs en Zambie :
    • 10 nuits isolés dans la nature en bivouac sauvage
    • 13 nuits réparties dans 3 campsites (6 nuits au Bayama Lodge à Mpika pendant les réparations du CC, 4 nuits au Croc Valley Camp à South Luangwa et 3 nuits au Eagle Rest à Saivonga avec nos amis)
    • 16 nuits sur le parking du Fawlty Tower Lodge à Livingstone (Renaud malade)
    • 9 nuits à côté d’installations :
      • Dont 3 gratuites (1 stade de foot, 1 école, le jardin de Lawrence)
      • Et 6 payantes à moins de 5€ (1 parking routier, 2 nuits dans un lodge à l’abandon à Samfya, 3 nuits à l’entrée de « national monuments »)
  • Sécurité : RAS, nous avons trouvé la population très accueillante, très respectueuse : aucun toc toc le matin, aucun gamin accroché au rétro, on n’a croisé personne avec une arme.
  • Police : pas mal de check point, mais moins qu’en Tanzanie quand même. Attention aux zones 60kmh non indiquées, nous avons eu 3 amendes officielles. A plusieurs reprises, nos documents ont été demandés et vérifiés (permis, assurance, road toll…). Et au moins à 3 reprises il nous a été demandé de faire un check complet des « accessoires de sécurité » : warnings, phares, codes, essuie-glaces, klaxon, clignos etc. Ouf, pour une fois tout fonctionnait ! Attention, pour circuler en Zambie il faut des réflecteurs sur les pare-chocs avant et arrière. On en avait acheté à la frontière de Nakondé pour quelques euros.
  • Eau : dans les stations-services et à chaque campsite (quitte à payer, autant profiter des services !)
  • Carburant : Prix similaire à la Tanzanie, 15,59KW/l (=0,60€). Quelques stations-services proposent du Low Sulfur Diesel (pour les véhicules récents) (autour des 17,5KW/l). Prix fixe identique dans tout le pays. Aucune difficulté pour trouver des stations-services.
  • Internet : nous avons pris des cartes sim chez 2 opérateurs différents : une chez Airtel, une chez MTN. On a payé 10KW la carte sim à la frontière. Forfait data pour 30 jours : 25Go pour 200KW (=7,75€) chez Airtel, 200KW pour 16Go chez MTN. Globalement on a trouvé le réseau Airtel plus présent partout. Et nous avons été surpris par la qualité de la connexion en Zambie, par rapport à la Tanzanie ou c’était pas foufou. On a très rarement été privé de réseau internet.
  • Courses : nous avons apprécié le ravitaillement très facile ici : fruits, légumes et champignons au bord de la route, produits secs et frais dans les supermarchés bien achalandés. On trouve du pain plutôt bon dans les boulangeries, des céréales, des produits laitiers etc. Les zambiens apprécient beaucoup les brai (=BBQ), on trouve de belles et modernes boucheries et les rayons « viande » des supermarchés sont bien remplis. Et les prix sont tous doux. Quelques prix en monnaie locale : 
    • 1 repas dans un stand de rue (Shawarma ou assiette saucisse frites) : 30 à 35 KW
    • la pyramide de 4 ou 5 tomates : 10 à 20 KW suivant la taille
    • 1 œuf : entre 2 et 2,5 KW
    • 1 avocat : 5 à 7KW suivant la taille
    • 1 chou blanc petit : 5KW
    • 1kg de pain : 17KW
    • 1l de lait en brique : 22KW
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan
7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan

Voici le détail de notre itinéraire :

7 semaines en Zambie en camping-car : infos pratiques et bilan

Publié dans Zambie, infos pratiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article