Sur les traces des Bushmen

Publié le par Maryline

Youhou, nous avons enfin quitté la charmante ville de Mpika !! Après mon dernier article écrit alors que nous étions sur cric, nous avons passé une bonne partie de la journée au garage, les gars ayant des difficultés à démonter le roulement arrière. A 16h tout est enfin terminé et nous pouvons repartir ! Mais nous décidons de rester encore une nuit ici, car partir en milieu d’après-midi n’est pas génial, dans 1 heure nous devrons commencer à chercher un bivouac, autant rester ici et partir tranquillement demain matin !

Dimanche 17 janvier, nous reprenons enfin la route. Nous avions repéré 2 endroits qui paraissaient sympas autour de la route principale : les sources chaudes de Kapishya et la réserve de Mutinondo. Les sources, une centaine de kilomètres avant Mpika, nous les avons zappées pour venir rapidement au garage, et nous avons confirmation que la piste risque d’être trop difficile pour nous en raison des pluies de ces derniers jours. Nous optons donc pour la réserve, un espace privé protégé dans lequel on ne trouve pas de mammifères, mais beaucoup d’oiseaux et surtout des sentiers de randonnées dans un paysage un peu différent. Comme vous le savez, on ne marche pas beaucoup ici en Afrique et on a bien envie de se dégourdir les jambes. A la sortie de la ville nous faisons une courte halte pour rencontrer Andrew, et lui remettre un sac avec des fournitures d’école pour son fils Samuel, une mission que nous avaient confiés nos amis voyageurs les Doudz. 2 heures de route et 1 heure de piste plus tard, nous sommes devant l’entrée de Wilderness Mutinondo. Mais grosse désillusion : nous savions que le droit d’entrée était un peu élevé (par rapport à notre budget) mais nous étions préparés à payer 30 à 40€ pour passer la nuit ici dans un endroit magnifique aux dires des voyageurs. Mais la propriétaire nous demande 70$ par jour ! Pour dormir dans notre voiture, nous trouvons ça un peu abusé. Non seulement notre tentative de négociation échoue lamentablement, mais en plus nous nous prenons des remarques pas très agréables sur les voyageurs radins, sur les voyageurs qui ont des gros véhicules. Ok c’est compris, on arrête-là et on fait demi-tour, un peu désabusés quand même ! Avec tout ça, l’heure a tourné et il serait temps de trouver un endroit pour bivouaquer ! Sur la carte routière papier, je repère une grotte pas très loin, la Nachikufu Cave. La piste est étroite, pas terrible sur certains passages mais nous n’avons que 3km à faire donc nous persistons et arrivons avec plaisir devant la grotte, avec un espace large et plat parfait pour dormir. Lennon, le gardien du site, accourt à notre rencontre et nous nous mettons rapidement d’accord sur un prix très raisonnable pour la visite de la grotte + le parking la nuit. Nous profitons de la jolie lumière de fin de journée pour grimper sur les rochers environnants, qui offrent une belle vue dégagée sur la vallée en contrebas.

Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen

Le lendemain matin, Lennon attend que nous ayons terminé l’école puis nous partons à la découverte de la grotte avec lui. Rien de bien folichon, honnêtement : quelques dessins datant de l’âge de pierre, et surtout des petits tunnels remplis de chauves-souris dans lesquels les enfants s’amusent à se faire peur. Mais ça nous aura au moins permis de faire un peu de grimpette 😉.

Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen

Nous devons repasser par Mpika et nous retrouvons Andrew au passage. Il habite au niveau d’un check point et nous rejoint alors que nous patientons derrière un camion. Et là, la situation débile : alors que nous discutons avec lui, le camion de devant avance, et Renaud, tarde à démarrer, ce qui ne plait pas au policier qui nous ordonne de nous mettre sur le côté et prend le permis de Renaud. Une fois garés, on discute avec Andrew puis Renaud part récupérer son permis dans la guérite du policier. 10 minutes plus tard, il me demande de le rejoindre. Je comprends tout de suite la situation : le policier veut nous coller une amende de 25€ pour « obstruction », et Renaud commence à perdre patience devant le ridicule de la situation dans la mesure où nous avons mis moins de 15 secondes à avancer. Je décide de changer de stratégie et m’excuse platement : oui monsieur l’agent nous avons eu tort, oui monsieur l’agent c’était dangereux, non monsieur l’agent ce n’est pas une situation normale… un vrai numéro d’actrice ! Malheureusement je ne suis qu’une femme et il est clair que l’officier veut se « payer » Renaud. Je fais les gros yeux et (à contrecœur !) il finit par se confondre en excuses à son tour et au bout de 10 minutes de théâtre nous sommes « libérés ». Renaud rumine, mais nous éclatons de rire quand quelques km plus loin nous passons devant une grande pancarte annonçant « vous entrez dans une zone sans corruption »… c’est dommage de s’être fait arrêter juste avant 😉

Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen

Nous prenons ensuite la route plein nord. En chemin, nous faisons un stop devant le mémorial Von Lettow-Vorbeck, commémorant la reddition de l’armée allemande sur le sol africain le 14 novembre 1918, 3 jours après l’Europe en raison des difficultés de communication à l’époque. Sur un piédestal, il y a un ancien canon allemand et une petite plaque commémorative. C’est quand même dingue de se dire qu’ici, en Zambie, au milieu de nulle part, des gens se sont battus aux couleurs de l’Allemagne et de l’Angleterre pendant la 1ère guerre mondiale. Nous envisageons un moment de dormir sur place, mais changeons d’avis lorsqu’une personne veut nous vendre un ticket d’entrée à 10$/personne que nous déclinons poliment. Nous trouvons un coin un peu plus loin.

Photo de Carrol Fleming prise sur Wikipedia, je n'ai même pas pensé à en prendre une petite !

Photo de Carrol Fleming prise sur Wikipedia, je n'ai même pas pensé à en prendre une petite !

Mardi 19 janvier, nous arrivons en milieu de matinée dans la ville de Kasama, principale ville du nord-est du pays. Nous avons le plaisir d’y trouver un supermarché Shoprite, un vrai avec des caddies et une vingtaine de rayons assez remplis ! Cela faisait depuis la Suède mi-novembre que nous devions nous contenter de petites épiceries de quartier ou de mini supermarchés 😉 Nous nous rendons ensuite aux Mwela Rock Paintings, un site riche en peintures rupestres. Une fois négocié le prix d’entrée, Betha, notre guide nous accompagne pour une grosse heure de visite. Sur les 1000 peintures en cours de recensement dans la région, nous n’en verrons que quelques-unes, la plupart n’étant pas très accessibles. Au risque de paraître blasés, nous ne les trouvons pas exceptionnelles, en revanche nous apprécions beaucoup les explications de Betha qui rendent la visite intéressante. Elle nous apprend plein de choses sur les bushmens qui vivaient là il y a 2000 ans, sur les rites de passage à l’âge adulte dessinés sur les rochers, les symboles de fertilité, les techniques de chasse etc.

Nous quittons Kasama après avoir terminé nos courses et prenons la route vers l’ouest, en direction des Chishimba Falls, des cascades au pied desquelles nous dormons le soir. La visite est prévue pour le lendemain, mercredi 20, mais ce sera pour un autre article 😉

Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen
Sur les traces des Bushmen

Publié dans Zambie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

josiane wolf 22/01/2021 16:39

Toujours de très belles photos. Bonne continuation

tatie bisous 21/01/2021 07:00

Beau commentaire et magnifiques photos comme toujours. Des bisous à vous cinq.

Format famille 21/01/2021 05:02

Ah ah j'adore la pièce de théâtre ???? ca paraît si irréaliste vu d'ici. Tout est dans l'art de négocier là bas. Belle démonstration. De beaux paysages n'empêche ????