Sous la grisaille

Publié le par Maryline

Au départ de Vilhelmina, nous passons 4 jours sur la route panoramique de Vildmarksvagen, une boucle de 370km qui nous ramène tout près de la Norvège. La route monte lentement jusqu’au plateau de Stekkenjokk, un plateau rocheux à 900m d’altitude. Avant d’y parvenir, nous faisons un arrêt dans le charmant village-église sami de Fatmomakke, datant de la fin du XVIIIème siècle. Nous sommes seuls à nous promener au milieu des habitations traditionnelles en bois. L’une d’elles est assez impressionnante, posée sur 4 troncs d’arbre en guise de piliers !

Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille

Nous arrivons sur le plateau en fin de journée, et nous garons sur une immense esplanade gravillonnée. Le lendemain, nous avons le droit à quelques éclaircies dans l'après-midi et découvrons le paysage qui nous fait un peu penser aux plateaux andins : de la lande dorée, des montages enneigées en arrière-plan, un lac en contrebas. Nous décidons de rester la journée entière sur place, faisant une promenade sur le plateau, et de passer une seconde nuit ici. En effet c’est l’une de nos dernières chances d’apercevoir des aurores boréales, ils prévoient une forte activité ce soir et la position sur le plateau est bien dégagée ! En fin de journée, les enfants parviennent à allumer un feu tous seuls et nous nous régalons tous de marshmallows grillés. Le soir, nous veillons tard pour « chasser » les aurores, comme on dit. Mais nous sommes déjà un peu trop au sud, je pense. Nous pourrons admirer une sorte d’arc de lumière verte au-dessus de nos têtes, mais pas de spectacle féérique des aurores tourbillonnant dans le ciel… sniff.

Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille

Le lendemain, nous reprenons la route sous un ciel gris. Après une première semaine bien ensoleillée à notre arrivée en Suède, cela fait une dizaine de jours maintenant que le ciel est très couvert, des nuages lourds et bas bouchant toute lumière et toute visibilité. J’avoue que de me mon côté, cela me donne un petit coup de déprime et surtout un manque de motivation pour faire quoi que ce soit. Le froid quand il fait soleil ok, mais le froid ET la grisaille c’est un peu trop pour moi, j’ai juste envie de me pelotonner sur mon canapé avec un thé et de regarder des trucs sur l’ordi. Ah Ah, petite cachotière que je suis, je ne vous ai donc jamais dit qu’en « vrai » je suis super casanière !! Les enfants sont plongés dans de grosses séries de bouquins qui les occupent bien (même Martin, qui avale les 50 tomes de « la cabane magique » les uns après les autres !). Bref, on a vraiment du mal à se motiver pour bouger et/ou visiter le coin. Les enfants ne veulent même pas sortir de la maison pour découvrir le village-église sami d’Ankarede, nous y allons donc seuls avec Renaud. La visite est assez courte car il n’y a aucune explication et il ressemble beaucoup à celui que nous avons vu la veille, en plus petit, et une fine bruine froide nous fait accélérer le pas. Sur les conseils de l’office de tourisme, nous prenons une petite route pour rejoindre la cascade de Hällsingsafallet, espérant y croiser dans la forêt quelques élans. Mais la saison de la chasse a débuté et ils ont tendance à se cacher à cette période, selon l’employé (qui parlait un français parfait !) et effectivement nous n’en voyons aucun. Le soir, nous dormons près de la cascade, bercés par le bruit de l’eau déferlant dans le canyon.

tentative de selfie parental et photo bombing de 2 trolls...
tentative de selfie parental et photo bombing de 2 trolls...
tentative de selfie parental et photo bombing de 2 trolls...
tentative de selfie parental et photo bombing de 2 trolls...
tentative de selfie parental et photo bombing de 2 trolls...
tentative de selfie parental et photo bombing de 2 trolls...
tentative de selfie parental et photo bombing de 2 trolls...

tentative de selfie parental et photo bombing de 2 trolls...

Nous terminons la boucle à Stromsund, considérée comme la porte d’entrée de la Laponie en Suède et donc la porte de sortie pour nous ! Un peu plus bas, nous passons 2 nuits près d’Ostersund, la grande ville de la région. Nous dormons au bord du lac en écarquillant les yeux pour essayer d’apercevoir le fameux monstre qui vivrait dans ses eaux, mais nous n’avons pas plus de succès qu’avec les élans hier 😉 Nous visitons également le musée Jamtli, vraiment très bien fait. La partie exposition est très pédagogique, beaucoup d’objets peuvent être touchés, manipulés, il y a des espaces avec projection de sons, des vidéos, une appli audioguide… ça rend la visite très vivante ! Nous y découvrons notamment de superbes tapisseries viking datant de plus de 1000 ans. Une partie du musée est en plein air, présentant différentes habitations et activités telles que la fabrication du pain, la traite des animaux, la forge etc. Mais ces activités ne sont proposées que de mi-juin à mi-aout, et hors saison cette partie nous a semblé un peu terne, mais nous a néanmoins permis de prendre l’air 😉.

Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille

Après Ostersund, nous décidons de retourner vers les montagnes pour prendre la route la plus haute de Suède sur le plateau de Funasdalen. Là encore, alors qu’en Norvège on enchainait les lacets pour grimper les cols, là la route monte tellement doucement qu’on ne s’en aperçoit quasiment pas ! On passe parfois devant des panneaux « skistation » mais je me demande bien quelles pistes ils peuvent dévaler en ski vu que le relief est relativement plat… Malheureusement, la visibilité est toujours aussi mauvaise, ce qui gâche un peu l’expérience et ne nous donne toujours pas envie de faire de randonnées. Ce matin, dimanche 4 octobre, nous décidons donc d’abréger et de faire une grosse journée de route pour rejoindre la région du lac Siljan, lieu de villégiature apprécié des suédois dixit notre guide. On découvrira ça demain !  

Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille
Sous la grisaille

Publié dans Suède

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

creusoise 04/10/2020 18:15

superbe cet élan !
ici aussi c'est grisaille , pluie , vent; il y a eu de très gros dégâts dans l'arrière pays niçois !

Maryline 04/10/2020 18:29

meuh non c'est un renne ! ;) oui j'ai vu ça, en Bretagne aussi ça a soufflé visiblement !