En Norvège, faut savoir faire des lacets !

Publié le par Maryline

Et voilà, il suffisait que je range nos affaires d’été pour que le soleil s’installe en Norvège ! Remarquez, nous n’allons pas nous en plaindre ! Il fait donc grand beau depuis plusieurs jours, et ça rend les paysages encore plus merveilleux ! Comme prévu, lundi 9 août nous arrivons au Geirangerfjord, LE fjord norvégien à ne pas rater si l’on se réfère à tous les guides. Je pense que la magie du lieu tient surtout aux routes pour accéder au fjord. Pour y accéder, nous prenons la Strynefjellsvegen, l’une des 18 routes panoramiques officielles du pays. Et elle mérite largement sa place dans le classement ! Les 17 kilomètres prennent un temps fou « à cause » de tous les arrêts photos. Les enfants crient lorsqu’ils pensent apercevoir des icebergs, en fait des blocs de glace sur un lac encore enneigé.

En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !

Puis c’est l’arrivée en surplomb du fjord, avec une vue plongeante incroyable depuis les points de vue aménagés. Mention spéciale d’ailleurs à la Norvège pour les installations ultra-modernes et design permettant d’admirer (gratuitement) de superbes points de vue. Nous descendons ensuite dans la vallée pour nous installer sur une table de pique-nique au fond du fjord. Entre la vue incroyable, la douce chaleur et les rayons du soleil, nous trainons un bon moment ! Nous essayons de trouver un bivouac sympa dans le coin (c’est-à-dire au soleil, pas trop au bord de la route, pas bondé et sans panneau d’interdiction pour les camping-cars), mais sans succès. La vallée est assez étroite et les quelques endroits que nous repérons ne nous conviennent pas. Aucun souci, nous nous lançons sur la route des aigles, une rude montée avec des virages en épingle qui nous offre encore des panoramas incroyables sur le fjord.

En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !

Nous poussons ensuite jusqu’à une colline surplombant le fjord d’Eidsdal. C’est très joli et il n’y a quasiment personne ! Visiblement c’est un point de départ de randonnées. Il n’est pas trop tard, nous n’avons pas marché aujourd’hui alors je motive tout le monde pour une petite balade dans la colline. Mais nous sommes stoppés dans notre élan en entendant une famille (justement de retour de randonnée) parler français. Nous engageons la conversation, et de fil en aiguille nous choisissons l’option apéro plutôt que rando ! Lilly, Pim et leurs 3 enfants ont aussi beaucoup voyagé (tour du monde en couple puis 1 an avec les enfants). Nous passons une super soirée avec eux autour d’un chili con carne avec une jolie vue sur le fjord en contrebas.

En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !

Le lendemain, ils nous quittent tôt car ils ont de la « logistique » à faire (lessive, douches etc), mais nous les rejoignons en fin de matinée sur le parking de la marina de Valldal. Les enfants sont en train de pêcher sur un promontoire. Renaud profite de la présence de Pim pour apprendre à monter (et se servir) d’une canne à pêche. Fabien, un ami, nous en a donné une avant de partir mais nous ne l’avions pas encore sortie ! Les enfants s’y essaient pour l’instant avec peu de succès, mais ça viendra ! (Louise me demande de préciser qu’elle a quand même attrapé 2 poissons mais trop petits…). On passe un très bon moment ! Ils nous quittent en début d’après-midi mais nous restons encore un peu. Une autre famille française avec laquelle nous sommes en contact nous suit de près et ils devraient nous rejoindre ce soir. Mais à 17h, ils nous informent qu’ils ne viendront pas, leurs freins ont un peu chauffé dans la descente de Geiranger et ils préfèrent rester là où ils sont.

En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !

Avec Renaud on hésite… on les attend ou on file ? S’il avait fait moche, nous aurions attendu, mais le soleil s’est levé en début d’après-midi et du coup on a trop envie d’en profiter ! Nous quittons donc le port de Valldal et nous nous dirigeons vers la Trollstigen, une route en lacets également classée « panoramique ». Là encore, une installation bien sympa permet de profiter du panorama en surplomb de la route… ça promet pour demain, le frein moteur va encore se faire entendre pour ralentir nos 4 tonnes !! En attendant, nous rebroussons chemin et choisissons de dormir au sommet du col, face aux montagnes qui prennent une couleur rosée à la tombée du jour [soupir de contentement...].

En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !

Ce matin (mercredi 12 aout), nous nous levons étonnamment tôt et partons dès 9h à l’assaut de la Trollstigen. Heureusement, il n’y a pas encore trop de circulation et nous pouvons descendre tranquillement. Désormais, nous quittons les montagnes pour rejoindre la côte atlantique. D’ailleurs nous réalisons que c’est la première fois que nos enfants voient l’océan atlantique !! c’est dingue, non ? Près de Bud, nous visitons un fumoir artisanal de saumons et de truites. A peine quelques secondes dans le fumoir et nous sentons tous la fumée ! Nous achetons un peu de truite, que nous avons préférée à la dégustation (et qui ici est plus chère que le saumon, bizarre…), il faut bien se faire plaisir de temps en temps !

En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !

 Nous prenons ensuite la route de l’atlantique, une route panoramique (oui, encore !!) de 8km qui relie 17 iles et ilots entre eux grâce à des ponts ; l’un d’entre eux est particulièrement photogénique, il fait une belle courbe tout en s’élevant de 23 mètres pour laisser passer les bateaux… impressionnant ! Nous nous éloignons un peu de la route de l’atlantique pour le bivouac de ce soir. Les roues quasiment sur l’eau, la cabine en bois rouge sur le ponton… nous voici encore dans une carte postale norvégienne ! Les enfants tentent à nouveau de pêcher, mais Louise (encore elle !) ne pêche qu’un petit cabillaud que nous relâchons. Heureusement, ils se rattrapent sur la chasse aux bigorneaux que nous dégustons en apéro… On n’est pas mal là !

En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !
En Norvège, faut savoir faire des lacets !

Publié dans Norvège, Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hélène BOUSSIQUET 13/08/2020 12:14

Bonjour. Super séjour en Norvège, profitez-en bien. Cela me fait très plaisir de vous suivre et de revoir certains paysages dont j'ai pu profiter lors d'un voyage d'un mois en c car avec mon club. Mon rêve y retourner plus longtemps. Merci pour vos récits et photos. Amicalement.

Vivien 13/08/2020 11:54

Que de bons souvenirs avec vos splendides photos. C'est vraiment une très belle partie de la Norvège que vous venez de traverser et surtout par cette belle météo. Bonne continuation, il y a encore de la route dans ce beau pays et c'est vrai la vitesse moyenne est fortement ralentie à cause de tous les arrêts paysages !