Voyager en camping-car en Oman : notre bilan

Publié le par Untouracinq

Voici nos infos pratiques pour voyager en camping-car au Sultanat d’Oman, basées sur notre séjour du 11 avril au 4 mai 2016.

Nb de jours : 23
Nb de kilomètres : 2300 km
Dépenses moyennes : 23€/jour pour les dépenses quotidiennes, auxquelles il faut ajouter 510€ de frais de visa pour l’Iran. Nous avons resserré un peu notre budget (moins de restos, moins de viande) pour compenser les dépenses aux EAU. Heureusement ici beaucoup d’« attractions » sont gratuites !

Impression générale

Nous avons vraiment beaucoup aimé ce pays. Les gens adorables, les paysages superbes et variés… il fera certainement partie de notre Top 5… si on arrive à en faire un ;-) Voyager en camping-car y est facile : les bivouacs sont faciles à trouver, tout le monde y parle anglais… Il y a beaucoup à faire et à voir dans ce petit pays, même sans 4x4. Mais c’est vrai que nous aurions aimé prendre 2 ou 3 pistes dans les montagnes qui avaient l’air bien sympas !

Ce qu’on a aimé

  • Les paysages : côte aux eaux turquoises avec de jolies criques désertes ou d’immenses plages immaculées, chaine de montagnes arides et formations rocheuses particulièrement photogéniques, dunes de sable doré, orangé voire blanc (dans le sud du pays), oasis d’un vert intense, rivières pures et fraiches, villages traditionnels en terrasse… Alors que nous prenions un peu moins de photos ces derniers mois, en Oman nous nous sommes bien rattrapés devant la beauté de ses paysages, et la possibilité de passer d’un univers à un autre en quelques heures.
  • Les wadis : nous avons particulièrement aimé les wadi, ces lits de rivières formant des bassins plus ou moins profond propices à la baignade, souvent bordés de palmiers. Nous avons passé de supers bons moments au wadi shab et au wadi bani khalid, deux petites merveilles !
  • La gratuité des sites touristiques : si Oman était la Chine, on n’aurait pas pu faire la moitié des activités que nous avons faites ici ! (la Chine faisant payer de plus en plus cher l’accès à ses sites naturels : lacs, cascades, forêts, plages…). Mais ici tous les sites naturels sont gratuits et c’est tant mieux !
  • Les forts : qu’ils soient à vocation militaire ou résidentielle, les forts et citadelles sont partout en Oman, témoignant de son passé « clanique » et de la puissance de tel ou tel cheik. Nous nous sommes régalés avec l’audio-guide du fort de jibreen, et avons beaucoup aimé les forteresses imposantes de Nakhal et de Rustaq.
  • Les falaj (ou aflaj) : c’est le système d’irrigation qui parcourt tout le pays. Dans presque chaque village, on trouve un ou plusieurs canaux qui sont approvisionnés en eau suivant un calendrier bien précis. En plus d’être ingénieux et bien pratique pour les habitants, nous avons aimé, en tant que voyageurs, pouvoir nous rafraichir dans ces canaux (au falaj daris près de Nizwa par exemple, ou bien aux sources près de Nakhal) ou remplir quelques bouteilles d’eau.
  • Le petit-déjeuner en haut d’une dune : c’était assez magique de boire notre café (ou biberon de chocolat) et de manger nos biscuits en haut de cette dune de sable, enveloppés par le silence du désert. Le désert est un environnement tellement fascinant je trouve !

Ce qu’on a moins aimé

  • Les voitures qui vont à toute allure sur la plage : et oui, les omanais comme les émiratis aiment faire les kékés en roulant à tombeau ouvert sur la plage avec leur gros 4x4, ou en faisant des drifts (tourner à toute vitesse) sur les parkings. Sauf que quand on a ses bambins qui sont en train de faire des châteaux de sable sur la plage et que les voitures passent à quelques mètres d’eux, c’est un peu flippant…
  • L’absence de restaurants « typiquement » omanais : on n’a pas beaucoup mangé au restaurant à Oman, mais même si on avait voulu, on aurait eu du mal à trouver des resto typiquement omanais. Pourquoi ? apparemment lorsqu’ils déjeunent ou dinent à l’extérieur, les omanais préfèrent manger libanais, ou indien/pakistanais, ou bien des en-cas/sandwichs dans les très nombreux coffee-shop. La cuisine omanais, on la goute chez les omanais ! Merci encore à Sami pour ce délicieux déjeuner à Al Hamra ;-)
  • Le marché de Niswa : ce n’est pas qu’il nous a déçu ce marché, mais disons qu’il ne vaut pas le coup qu’on programme tout un itinéraire pour être là-bas le vendredi matin. Le marché aux bestiaux est sympathique car authentique, mais ce ne sont que quelques chèvres, moutons et vaches exhibés sans ménagements. Quant aux autres souks autour, on a trouvé qu’ils manquaient un peu de vie et de désordre par rapport à d’autres marchés qu’on a pu voir.
  • La chaleur à l’intérieur de terres : Nous serions bien restés un peu plus longtemps en Oman, mais la chaleur début mai commençait vraiment à être difficile à supporter à l’intérieur des terres. Ou alors il aurait fallu programmer l’itinéraire différemment peut-être, pour mieux alterner les plages et les wadi rafraichissants avec le désert et les vallées étouffantes. Avis aux personnes intéressées : la bonne saisons se situe plutôt entre novembre et mars !
  • Oman, le pays des dos d’âne. C’est simple, il y en a partout de ces bosses sur la route, qui nous obligent presque à nous arrêter pour ne pas faire des bonds avec nos 4 tonnes de charge. Ils sont plus ou moins bien annoncés, ce qui demande une grande concentration de la part du conducteur.

Les petits trucs qu’on a remarqués

  • « ice cream ? » nous demande un enfant par la fenêtre en tendant un billet. Alors je ne sais pas si c’est la forme du camping-car, la couleur blanche ou la photo des playmobils, mais au moins une dizaine de fois on nous a pris pour des vendeurs de glaces !!
  • L’eau est précieuse à Oman, mais disponible de partout. Dans tous les lieux publics, les souks, et même devant de nombreuses maisons dans les villes et les villages, on trouve des robinets d’eau filtrée et réfrigérée disponible pour tous. Nous y avons souvent rempli nos bouteilles.
  • Toujours à propos de l’eau, toutes les maisons sont équipées de gros réservoirs d’eau (dans la cour ou sur le toit). Le plus souvent, ils sont assortis à la couleur de la maison, et crénelés comme des tours de château !
  • Sur les routes principales, il y a des radars automatiques tous les 3 kms. Bon avec nos 75km/h on ne risquait pas grand-chose !
  • On pourrait penser que la tenue traditionnelle omanaise (longue tunique blanche et toque brodée) est un folklore revêtu uniquement pour les touristes. En réalité tous les omanais de souche la portent, c’est un vrai signe d’appartenance culturelle qui les distingue des nombreux expatriés (indiens, paki, ethiopiens…).
  • Quant aux femmes, j’en ai un peu parlé dans un article, elles portent le voile de manière différente selon les régions : hijab simple ou long voile descendant jusqu’aux jambes, parfois un voile couvrant toute la tête, ou bien un masque facial comme dans la région de Nizwa.

Nos ravitaillements

  • Eau : approvisionnement facile pour l’eau potable, un peu plus compliqué pour les réservoirs car toutes les stations service n’ont pas forcément de robinet (ou alors relié à un petit réservoir et on ne voulait pas leur vider leur réserve !). Mais pas de problème majeur en cherchant un peu. Et puis avouons-le, les baignades dans les wadis et les falajs nous ont permis d’économiser quelques douches ;-)
  • Gaz : nous avions rempli nos bouteilles aux EAU juste avant d’entrer donc pas eu besoin de chercher ici.
  • Gasoil : des pompes partout, évidemment, et le litre au même prix partout : 0,163OMR, soit environ 0,40€.
  • Vie quotidienne : pas mal de supermarchés dans les grandes villes où on trouve des produits basiques (lait, beurre, fromages sans gout, yaourt, viande…). Pas d‘alcool ni de porc, évidemment, mais des « bières » sans alcool aromatisées et du jambon de poulet… fruits et légumes quasiment comme chez nous mais souvent en mauvais état.
  • Produits bébés : on ne trouve pas grand-chose dans les villages, mais les supermarchés des villes moyennes sont plutôt bien achalandés (lait en poudre, couches…)

Visa

Nous avons pris un visa en arrivant à la frontière terrestre avec les EAU. Le visa de 30j coute 20 OMR, soit environ 50€. Pas de réduction pour les enfants. Il est possible de prendre un visa de 10 jours renouvelable. Les formalités à la douane sont rapides. Il est possible d’acheter une sim card locale dans le hall de l’immigration.

Importation temporaire du véhicule

Le CPD n’est pas obligatoire en Oman, en tout cas ils ne nous l’ont pas demandé. On a d’ailleurs fait pas mal d’allers-retours pour trouver le hall de customs ou faire tamponner notre CPD et être dans les règles. De même à la sortie(Al-Aïn), c’est nous qui sommes allés présenter notre document, personne ne nous l’a réclamé. Concrètement, je pense qu’on aurait pu entrer et sortir avec notre véhicule sans présenter le moindre papier. Nous avons pris une assurance à la frontière : 1 mois pour 12 OMR (soit environ 30€).

Conditions de circulation en camping-car

Les routes sont d’une manière générale très bonnes en Oman, mais il y a aussi un certain nombre de pistes impraticables sans 4x4 (pour rejoindre certains wadi, ou dans les montagnes par exemple). La piste conduisant au point de vue sur le Djebel Shams est praticable en CC, mais bien se servir du frein moteur à la descente car c’est assez raide ! Le djebel Akbar, les villages de Hat et de Bilad Sayt ou encore le Wadi bani awf sont en revanche inaccessibles sans 4x4. A noter qu’il est possible de trouver des voitures avec chauffeurs dans les villages « point de départ » des pistes (c’est ce que nous avons fait pour découvrir le djebel Akhbar). Nous avons été contrôlés 1 fois par la police locale mais nous n’avions pas nos passeports (visas iraniens en cours) ce qui n’a pas eu l’air de les géner puisqu’ils nous ont laissé partir avec un grand sourire.

Les bivouacs

Oman est un petit paradis pour les bivouacs grâce notamment à la diversité de ses paysages : que vous préfériez la mer, la montagne, un petit village traditionnel ou un oasis, vous avez le choix ! personne ne nous a jamais rien dit. Attention néanmoins à bien choisir son bivouac le jeudi et vendredi soir : les WE peuvent être très festifs chez les omanais, notamment sur les plages !

Voici la liste de nos bivouacs

Voyager en camping-car en Oman : notre bilan

Publié dans infos pratiques, Oman

Commenter cet article

Pat 17/05/2016 22:04

j'avais deviné ! (voir publication du 6 mai).