2 jours d’immersion dans une famille iranienne

Publié le par Untouracinq

Arrivés dans la ville de Kermanshah (1M d’habitants) dimanche 22 mai en fin de journée, nous cherchons immédiatement le garage Iveco que nous avons repéré sur Internet. Pas de véritable urgence mécanique, mais maintenant que nous retrouvons de bonnes routes et autoroutes, nous souhaitons réparer notre transmission pour rouler un peu plus vite de temps en temps. Nous le trouvons facilement grâce à l’aide d’un couple qui nous propose de les suivre en voiture. Le rendez-vous est pris pour le lendemain. En attendant, nous nous posons une dizaine de kilomètres plus loin dans le grand parc de Taq-e Bustan, où des dizaines d’iraniens ont déjà planté leur tente pour pique-niquer.

Le lendemain, nous arrivons tôt au garage et faisons un bout de route avec l’un des mécanos pour lui faire entendre ces fameuses vibrations qui nous accompagnent maintenant depuis 30 000km. Pour lui c’est certainement le pont arrière (ce que nous avaient dit aussi les mécanos en Malaisie). De retour au garage ils se mettent à démonter les roues et le pont. Verdict : des problèmes aux freins (étriers grippés et un mécanisme cassé sur le frein arrière droit), un roulement de roues HS et les roulements du pont abimés aussi. Heureusement pour nous, ils ont les pièces disponibles à Téhéran et on devrait les recevoir demain. En attendant, Reza et son père, les propriétaires du garage (qui parlent anglais, ça aide vraiment !) ont tout prévu : ils nous conduisent chez eux pour déjeuner, et nous faisons connaissance de Fatimeh (la maman) et Rochanak (la sœur de Reza, étudiante en urbanisme à Téhéran). Alors que les hommes s’apprêtent à retourner travailler, nous leur demandons si nous pourrons bien dormir dans notre véhicule ce soir mais ils nous regardent d’un drôle d’air : « pas question, vous êtes nos hôtes et vous dormirez chez nous ! ». Ah ben avec plaisir alors ! En fin d’après-midi, Rochanak et sa mère nous conduisent dans les ruelles de la vieille ville et au bazar encore plus coloré que ceux que nous avons vus jusqu’à présent. Nous sommes dans la région du Kurdistan iranien, et les tenues de fête des femmes font une large place aux tissus chatoyants, aux paillettes et aux sequins ! Tout au long de la promenade, elles nous expliquent un peu ce que nous avons devant les yeux : l’espèce de chewing gum fait avec de la résine, les herbes aromatiques ramassées dans les collines environnantes, le gâteau sec qui s’effrite dans la bouche et qui est la spécialité locale… bref une visite bien sympathique !

2 jours d’immersion dans une famille iranienne
2 jours d’immersion dans une famille iranienne
2 jours d’immersion dans une famille iranienne

Le lendemain, l’une des pièces arrivées de Téhéran n’est pas la bonne et nous devons rester une journée de plus. Pour ne pas trop encombrer nos hôtes nous prenons un taxi dans l’après-midi pour retourner au Taq-e Bustan visiter des inscriptions dans la roche datant de l'époque sassanide. Nous faisons également un tour au Takieh Mo'aven ol-molk, un joli mausolée couvert de fresques racontant les grandes batailles du pays. Nous rentrons en fin de journée, à temps pour participer à l’équeutage de 6 kilos de haricots verts en famille ;-)

2 jours d’immersion dans une famille iranienne
2 jours d’immersion dans une famille iranienne
2 jours d’immersion dans une famille iranienne
2 jours d’immersion dans une famille iranienne
2 jours d’immersion dans une famille iranienne
2 jours d’immersion dans une famille iranienne

Jeudi 26, il est temps de dire au revoir à la famille de Reza, même si Louise est bien décidée à rester avec eux ! Notre camping-car est prêt et nous pouvons reprendre la route. Malheureusement les vibrations sont toujours là, mais nous savons maintenant que ce n’est pas lié au pont, mais vraisemblablement à la transmission. Mais cette fois ils n’avaient pas les pièces et il nous aurait fallu attendre trop longtemps l’importation d’Europe. On verra ça en Turquie ! En attendant Renaud sent une nette différence à la conduite et au freinage donc cet arrêt mécanique n’aura pas été inutile.

Surtout, il nous aura permis de passer 2 jours exceptionnels en compagnie de nos nouveaux amis iraniens. C’est étrange pour nous européens de nous voir accueillis ainsi, Fatimeh se mettant en 4 pour nous faire de bons plats, Reza et Rochanak faisant des câlins aux enfants, leur achetant des glaces etc… Nous avons pu parler librement avec eux, du port du voile, du gouvernement, du rôle de la religion etc. Comme beaucoup d’iraniens, ils ne se sentent pas libres dans ce pays où tout tourne autour de la religion. Mais comme beaucoup également, contourner les règles est devenu leur quotidien. Leur foyer est leur capsule de liberté, où ils peuvent télécharger les dernières séries américaines, se réunir sans porter le voile et refaire le monde. Nous avons même bu quelques verres de vin rouge ! A Téhéran il est plus rapide de se faire livrer de l’alcool à domicile qu’une pizza ;-) Nous nous sommes sentis vraiment bien chez eux, à tel point que nous sommes finalement revenus le lendemain pour un dernier déjeuner avant de nous enfoncer dans les montagnes kurdes !

Alors… la prochaine fois que votre véhicule sera immobilisé au garage, pensez-vous être reçus comme des princes par le patron de l’atelier ? ahaha ;-)

2 jours d’immersion dans une famille iranienne
2 jours d’immersion dans une famille iranienne
2 jours d’immersion dans une famille iranienne

Publié dans iran

Commenter cet article

Cyril & Flo 30/05/2016 14:44

Salut lescinq,
On laisse trop rarement de commentaires, mais on vous suit :)
Ce que l'on peut constater est que les peuples ne sont pas leurs gouvernements. Et tant mieux.
Ce qui egalement certain, c'est que la vie va vous sembler fadasse de retour dans votre logis.Ici, personne ne vous offrira le gite et le couvert juste parce que vous êtes en camping car! Quoique, c'est déjà arrivé. ;-)
Un gros bisou.

Mary 02/06/2016 11:45

Oh je suis sûre que ça pourrait arriver encore ! ;-)
merci de nous suivre, biz

Pat 29/05/2016 19:15

Super expérience Untouracinq ! Vivement que ce régime archaïque politico-religieux s'effondre en Iran.
Qu'on ne voit plus jamais ce genre d'info comme encore aujourd'hui : "...Une trentaine d'hommes et de femmes ont été condamnés à 99 coups de fouets chacun pour avoir célébré l'obtention de leur diplôme au cours d'une fête mixte et alcoolisée dans la ville de Qazvin, au nord de Téhéran..."

Mary 02/06/2016 11:44

Qazvin, nous y avons passé 2 jours l'année dernière... En tout cas, je ne porte plus mon voile quand je suis dans le cc (en roulant ou à l'arrêt), et tout le monde a l'air de s'en moquer...