Voyager en camping-car en Malaisie : notre bilan

Publié le par Untouracinq

Voici nos infos pratiques pour voyager en camping-car en Malaisie, basées sur notre séjour du 21 février au 29 mars 2016.

Nb de jours : 38
Nb de kilomètres : 2200 km
Dépenses moyennes : 53€/jour pour les dépenses quotidiennes, auxquelles il faut ajouter 500€ de frais mécaniques. Nous avons passé 17 jours en hôtel (à KL et sur les iles Perhentians, notamment pendant la préparation du shipping et dans l’attente de prendre notre vol pour Dubaï), ce qui a eu une incidence sur le budget quotidien (prix de la chambre + restos). Nous avons fait relativement peu d’activités en Malaisie, mais avons apprécié les parcs nationaux qui ne sont pas chers du tout.

Impression générale

La Malaisie n’est pas notre pays coup de cœur en Asie du Sud-est, car c’est un pays très développé et un peu moins « typique ». Mais c’est un pays que nous aimons bien, en particulier la mixité des cultures et les gens nous semblent moins sur la réserve que dans les autres pays (plus curieux, plus chaleureux). Voyager en camping-car est facile en Malaisie : les routes sont bonnes, les ravitaillements faciles, presque tout le monde y parle anglais…

Ce qu’on a aimé

  • Les iles Perhentians : si vous avez suivi notre blog vous l’aurez compris, nous avons un gros gros faible pour l’ile de Besar des Perhentians islands : plage de rêve devant notre bungalow, cocotiers qui font de l’ombre, belle vie sous-marine, petits sentiers pour se promener…
  • La rencontre avec Heng Yi et sa famille : nous avons fait de nombreuses rencontres au cours de cette année de voyage, mais c’est la première fois que nous nous lions à ce point avec une famille, au point de passer plusieurs jours avec eux. [LiFun if you read this article… we miss you !!!]
  • Les roti canaï : en Malaisie nous avons souvent mangé au restaurant, et nous avons apprécié la diversité de la nourriture (indienne, chinoise, malaise…). Attention, c’est souvent très épicé ! Notre coup de cœur à l’unanimité ce sont les roti canaï, sorte de crêpes indiennes qui se mangent avec les doigts en les trempant dans une sauce aux lentilles (dhal). Miam miam !
  • La ville de Georgetown : notre première étape en Malaisie, sur l’ile de Penang nous a beaucoup plu. Georgetown est une petite ville très dynamique, qui se visite facilement à pied, et agréable avec ses différents quartiers, son art de rue et sa grande place en bord de mer, point de rendez-vous des familles et amis en fin de journée (avec possibilité de dormir sur le parking juste à côté).
  • La fraicheur aux Cameron Higland et à Bukit Fraser. Il fait chaud en Malaisie en mars, très chaud ! Aussi nous avons vraiment apprécié de prendre un peu de hauteur dans les montagnes et de voir le thermomètre descendre de quelques degrés. En particulier Martin qui a tendance à faire une réaction à la chaleur et à l’humidité (boutons dans le cou, sur les bras et sur le torse).
  • La Canopy walkway du Teman Negara : si le parc du Teman Negara ne nous a pas complètement emballé (eau un peu boueuse, aucun animaux pendant notre randonnée, et pas la moindre sangsue !), nous nous sommes en revanche bien amusés sur son parcours de passerelles à la cime des arbres. Dommage qu’une partie du parcours était fermée pour rénovation lors de notre passage, c’était du coup un peu court :-(
  • KLCC Park : au pied des tours Petronas, ce parc pour enfants est une bénédiction à Kuala Lumpur pour échapper à l’agitation de la ville et aux complaintes des enfants (« j’ai chaud », « j’en ai marre de marcher », « c’est quand qu’on arrive… et on va où d’abord ? ») : une immense pataugeoire avec des jeux d’eau, accolée à un grand espace avec balançoires, toboggans et autres cabanes. Nous y avons passé 2 après-midi, reposantes (pour moi !). L’aquarium de KL est situé tout près.

Ce qu’on a moins aimé

  • Gros flop pour notre excursion en bateau à la recherche des lucioles à Penarik. Il parait qu’il vaut mieux essayer à Kuala Selangor, sur la côte ouest.
  • Nous attentions beaucoup des Cameron Highlands et nous avons finalement été déçus. Oui les plantations de thé sont vraiment jolies, mais elles représentent une infime partie des cultures de la région. Le reste, ce sont des serres immenses qui défigurent le paysage, et des attractions pour touristes en mal de campagne (ici vous ramassez vos fraises, ici vous apprenez à faire du miel, ici vous admirez les plus belles roses du pays etc.). Bon les enfants ont quand même adoré la ferme aux papillons ;-)
  • Les plantations de palmiers à huile : lorsque nous avons traversé le pays d’ouest en est, nous n’avons vu qu’une succession de plantations de palmiers à perte de vue, avec au loin quelques morceaux de jungle rescapés. J’imagine que ça doit être une catastrophe pour la faune et la flore locale ! Le point positif pour nous, c’est que nous avons pu vider nos toilettes aisément dans les champs de palmiers. Vous penserez à nous quand vous mangerez votre prochaine tartine de Nutella ;-)
  • L’absence de marchés : faire ses courses est facile en Malaisie vu le nombre de grandes surfaces. Mais alors qu’en Thaïlande on trouve encore de nombreux marchés locaux un peu partout, ici nous en avons très peu vu. Nous qui aimons tant nous ravitailler de produits frais sur les marchés, là c’est raté…
  • Les préparatifs pour le shipping : une bonne partie de notre séjour en Malaisie a été pollué par la préparation du shipping du camping-car vers Dubai : on se pose beaucoup de questions (fait-on le bon choix ? peut-on trouver moins cher ? que faire pour éviter les vols ? ma maison arrivera-t-elle intacte ?), on perd du temps à faire des papiers, à préparer le camping-car pour le sécuriser, à jongler avec nos banques et cartes bleues pour pouvoir payer en cash…
  • Ne plus avoir notre maison pendant 2 semaines : une fois qu’on a gouté au « confort » de voyager avec sa propre maison, sans contrainte d’hôtel, de bus et de restaurant… peut-on un jour re-voyager en « backpack » (sac à dos) ? Chercher un hôtel pour nous accueillir tous les 5, rallier la gare routière avec nos gros sacs, négocier le taxi, chercher des restaurants 2 fois par jour… que tout ça nous a paru fastidieux ! Ah et aussi de ne pas pouvoir envoyer les enfants dehors le matin pour grappiller quelques minutes de sommeil… ;-)

Les petits trucs qu’on a remarqués

  • La Malaisie est un pays multiculturel (chinois, malais, indiens), et il semble y avoir une grande tolérance entre les communautés. Mais en creusant un peu, on s’aperçoit qu’elles se mélangent peu : on voit des écoles chinoises, des hôpitaux indiens, et peu de couples mixtes.
  • Connaissez-vous la Proton ? Nous non plus avant de franchir la frontière. C’est la voiture la plus populaire ici, une petite berline qu’on croise partout.
  • Ici tout le monde parle anglais, même en dehors des zones touristiques. Ça fait une nette différence avec la Thaïlande ! Heng Yi, le copain d’Eliott a 9 ans et parle couramment anglais, qu’il apprend à l’école comme tous les enfants de son âge. Une méthode pédagogique visiblement plus efficace qu’en France ;-)
  • Alors que depuis plusieurs mois nous traversions des pays de culture plutôt bouddhiste, en Malaisie la majorité de la population (d’origine malaise) est musulmane. Les femmes portent le voile souvent coloré serré autour du cou, l’appel à la prière raisonne dans toutes les villes et les villages. Une bonne transition pour nous qui rejoignons ensuite les pays du Golfe !

Nos ravitaillements

  • Eau : comme en Thaïlande, l’eau pour nos réservoirs se trouve facilement ici, sur les parkings des grandes surfaces, les parkings de stationnement ou les stations services. Nous ne l’avons jamais payée. Pour boire, par contre, il est plus difficile de trouver des bidons de 20litres comme en Thaïlande ou au Laos, donc nous avons dû acheter des packs de bouteilles de 1,5l.
  • Gaz : Les bouteilles sont très différentes des nôtres, et nous avions lu sur internet qu’il n’était pas possible de remplir des bouteilles françaises (ou turques car c’est ce que nous avons en ce moment) en Malaisie. D’où la précaution de remplir à Trang, en Thaïlande juste avant de passer la frontière ! Notre prochain plein est prévu aux EAU.
  • Gasoil : après l’Iran, c’est le pays dans lequel nous avons trouvé le gasoil le moins cher : .1,35 RM le litre, soit environ 0,30€.
  • Vie quotidienne : la Malaisie est encore plus moderne que la Thaïlande, autant dire qu’on ne manque de rien ! Les grandes surfaces abondent, par contre nous avons vu peu de marchés. Les produits d’alimentation, notamment les fruits et les légumes, sont un peu plus chers qu’en Thaïlande. Multi-culturalité oblige, on trouve en Malaisie beaucoup de produits chinois et indiens.
  • Produits bébés : on trouve de tout partout, des lingettes, couches, talc… et des pharmacies un peu partout également (testée à Georgetown pour une petite otite).

Visa

Les ressortissants français sont exemptés de visa en Malaisie pour un séjour jusqu’à 90j. Les formalités à la douane sont très simples et rapides.

Importation temporaire du véhicule

La Malaisie ne demande pas obligatoirement le Carnet de Passage en Douanes, mais nous avons fait remplir le nôtre car cela facilite les démarches de sortie du territoire par la mer (shipping). En arrivant par la frontière principale avec la Thaïlande (Bukit Kayu), nous avons pris une assurance pour 1 mois qui nous a couté environ 23€. Un bureau près de l’assurance nous a délivré l’ICP (international circulation permit), gratuit, avec un sticker à coller sur notre carrosserie (notre immatriculation sur fond noir…) et un autre sur le pare-brise.

Conditions de circulation en camping-car

Les routes sont très bonnes en Malaisie. Il est difficile parfois d’éviter les autoroutes payantes (à la frontière on nous a donné un pass Touch’n Go à recharger pour payer les péages – à noter que ce pass peut également être utilisé dans le métro à KL). Nous avons toujours insisté pour être en catégorie 1. Les gens roulent assez vite et doublent un peu n’importe comment, mais rien d’insurmontable. Nous n’avons jamais été arrêtés par la police locale.

Les bivouacs

S’arrêter pour bivouaquer est relativement facile en Malaisie, en particulier sur la côte est. Dans les montagnes le plus dur est de trouver un coin plat. Nous ne nous sommes jamais sentis limités dans notre séjour par le côté non 4x4 de notre véhicule. Globalement, nous n’avons pas fait de bivouac « de rêve » en Malaisie ;-)

Voici la liste de nos bivouacs

Voyager en camping-car en Malaisie : notre bilan

Publié dans Malaisie, infos pratiques

Commenter cet article

Pat 18/04/2016 20:55

Pour moi les lucioles c'est en Italie (près de Milan...désolé mais chui pas baroudeur !)
Par contre j'adoooooore vos bilans, mais ça vous le savez déjà ;-)

La Grande Escapade 18/04/2016 11:08

Bonjour,
Perso, une excursion en bateau à la recherche des lucioles, plutôt réussie à Cherating !
(Psss : Kuala Terrenganu se situe sur la côte Est, non Ouest ;))
Allez Zou ... Profitez !
Jean-Fi .

Mary 18/04/2016 14:55

ah c peut-être une histoire de saison alors... et je voulais dire Kuala selangor, à l'ouest près de KL !je corrige de ce pas sur l'article, merci de ta vigilanc ;-)