1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !

Publié le par untouracinq

Avouez-le… depuis quelques semaines, notre voyage vous semble un peu moins intéressant, non ? Nous traversons des pays un peu moins « aventureux », tout roule côté mécanique, ici beaucoup de gens parlent anglais etc. Des vacances « lambdas » en quelque sorte ! Alors je vous rassure tout de suite, ce petit rythme pépère nous va très bien ! Nous nous la coulons douce et nous y prenons vraiment gout ;-)

Mais un voyage en camping-car si loin de chez soi (mais c’est certainement vrai pour tout voyage en camping-car) réserve toujours des surprises, de quoi nous garder bien éveillés dans ce rêve que nous vivons. Ces derniers jours, nous avons donc eu notre petit lot de complications :

Complication n°1 : la route

Après la plaine des jarres, nous avions prévu de faire cap au sud, une région que nous ne connaissons pas du tout. Regardez la carte routière qui est sous nos yeux… n’auriez-vous pas fait comme nous en voyant cette belle route rouge ? Oui sauf qu’au bout d’une centaine de kilomètres après Phonsavan, la route se dégrade franchement jusqu’au moment ou elle devient impraticable pour nous : trop d’ornières et de boue… demi-tour pépère ! C’est donc pour ça que le GPS s’obstinait à nous faire passer par le Vietnam pour descendre ;-)

Nous nous arrêtons dans le petit village de Kek pour demander notre route. Constat rapide : des routes Nord/Sud au laos, il n’y en a pas des tonnes ! Et le sud, c’est loin d’ici donc les gens ne connaissent pas vraiment les routes. Nous devons rebrousser chemin sur 70km environ, puis nous engager sur une petite route sans savoir si l’on pourra passer car on comprend qu’il n’y a pas de pont quelque part au milieu… Qui a dit que ce n’était pas l’aventure le Laos ?

1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !
1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !

Complication n°2 : le mariage

Lorsque nous nous arrêtons à Kek pour demander notre chemin, des dizaines de personnes sont réunies pour célébrer un mariage. Les mariés ne sont pas là, mais nous sommes gentiment invités à boire une bière. Enfin quand je dis une… plutôt une dizaine de verres, chacun des hommes souhaitant trinquer cul sec avec Renaud! Ils nous servent à manger, nous proposent de danser, ce que j’accepte avec enthousiasme comme d’habitude. Renaud boit et moi je danse… il y a des choses que des milliers de kilomètres n’effacent pas ;-) Les enfants jouent avec les autres gamins… un moment vraiment sympa ! Nous serions bien restés toute la soirée, mais nous ne savons pas du tout si nous pourrons prendre la route qu’ils nous indiquent. Dans le cas contraire, il nous faudra rebrousser complètement chemin pour revenir sur Luang Prabang et Vientiane, soit plusieurs jours de trajet. Dur dur de faire des choix parfois, nous qui regrettions justement de ne pas faire assez de rencontres depuis notre arrivée en Thailande et au laos. Cette fois-ci c’est la raison qui l’emporte et nous quittons nos hôtes, assez difficilement car ils insistent vraiment pour nous garder ! Bon j’avoue, des complications comme ça on en voudrait tous les jours ;-)

1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !
1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !
1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !
1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !
1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !

Complication n°3 : une mitrailleuse dans le camping-car

A la tombée de la nuit, nous trouvons un endroit plutôt sympa pour dormir, à la sortie du village de Tha Viang, dans un champ au milieu du foin qui vient d’être coupé. Vers 20h, 3 hommes s’approchent du camping-car. Ils ne parlent pas un mot d’anglais mais on comprend rapidement qu’ils veulent qu’on s’en aille. On refuse poliment : on avait au préalable demandé l’autorisation aux personnes qui travaillaient dans le champ à côté, donc aucun problème pour nous ! L’un des hommes insiste, toujours très gentiment. Il monte dans le camping-car en enlevant ses chaussures, mais en gardant la mitrailleuse dans son dos ! On finit par lui répondre « ok ok » pour qu’il nous lâche, mais il comprend bien à notre air qu’on n’a aucune intention de bouger. Pendant que nous dinons, Renaud et moi ressentons la même chose : nous sommes certains qu’il va revenir pour nous déloger. Et effectivement, à peine nos yaourts enfilés, voici des phares qui s’approchent. Cette fois-ci, ce sont 4 militaires (armés) et 1 policier qui parle un peu anglais. Il vérifie attentivement nos 5 passeports puis nous explique, presque en s’excusant, que la région n’est pas sûre, qu’il ne peut pas nous laisser dormir ici, qu’on doit aller dans un hôtel etc. 4 personnes auraient été tuées dans le coin le matin même. On demande des détails mais impossible de savoir pourquoi le coin ne serait pas sûr. Toujours dubitatifs, nous capitulons et remballons nos affaires. Le policier a pitié de nous et nous invite finalement à nous garer sur le parking de sa caserne.

Le lendemain, nous reprenons la route. Sur une quarantaine de kilomètres, nous voyons beaucoup d’hommes armés : dans les champs, au bord de la route, sur les tracteurs. C’est vraiment surprenant au Laos, et nous n’en verrons plus du tout un peu plus loin. Dans notre guide, ils indiquent que cette région est particulièrement parano en raison de son passé pro-communiste et de hmongs qui se rebelleraient régulièrement. On aurait peut-être du le lire avant !

Pour terminer sur l’histoire de la route, celle indiquée par les villageois de kek est finalement impraticable pour nous. Nous devons faire un nouveau détour pour rejoindre une grande route et acheter quelques litres de gasoil dans une cahute pour tenir jusqu’à la prochaine station. 2 jours et quelques centaines de kilomètres plus tard ça y est, nous pouvons entamer notre descente vers le sud !

Au rayon des activités plus touristiques, nous avons visité hier (lundi 23novembre) la grotte de Kong Lor, traversée de part en part par une rivière souterraine que l’on remonte en pirogue à moteur. Une belle après-midi qui se poursuit aujourd’hui : nous sommes au bord d’une jolie rivière, dans un cadre très beau avec des « pics » ressemblant à ceux de la baie d’Along au Viet nam. Les enfants ont trouvé des rochers glissants directement dans l’eau qui leur servent de toboggan ; nous sommes en train de préparer un feu pour y faire cuire des pommes de terre. Nous ne sommes toujours qu’au « milieu » du Laos… pas surs qu’on voit beaucoup du sud finalement ! ;-)

1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !
1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !
1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !
1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !
1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !
1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !
1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !
1 route impraticable, 1 mariage et 1 fusil dans le camping-car… fallait bien remettre un peu de piment dans ce voyage !

Publié dans Laos

Commenter cet article

Pat 26/11/2015 20:10

Hello Untouracinq,
Bin moi perso chui pas spécialement à la recherche du sensationnel. L'aventure (pour moi) c'est un état d'esprit on la trouve forcément si on y est ouvert. J'ai bien compris que depuis quelques temps vous vous la couliez douce ! Et alors, c'est super il n'y a rien à rajouter, profiter de ce grand moment de "break" que vous avez su vous octroyer en famille : c'est le top ! Tant que vous nous faites le plaisir de partager ces moments simples, moi je suis tout à fait preneur. D'autant plus que je ne ressens pas d'exhibionnisme dans votre démarche.
Même s'il n'y a pas d'armes à feu, de route impraticable et de mariage improvisé moi je reste fan.
Merci Untouracinq.

Accolade 25/11/2015 15:39

C'est là ou tu regrettes le camping-car 4x4 .
Pour la saison douce c'est effectivement entre maintenant et Février après c'est hot hot pét pét comme le piment

Cajunogui 25/11/2015 12:52

Ah bah voilà, enfin des aventures ! C'est vrai qu'on aurait dit les vacances des Bidochons depuis quelques semaines... Biiises