Au pied des monts Kackar

Publié le par Untouracinq

Nous ne garderons pas un fabuleux souvenir des 2 jours passés à Trabzon (mardi 31 mars et mercredi 1er avril). Disons que cuisiner sur un parking entre 2 voies rapides pour des gamins déchainés et coincés dans le camion car dehors il pleut... ce n'est pas vraiment l'image que je me faisais de ce voyage. En plus Renaud ne parvient pas à élucider le mystère de la batterie, et la balade dans les bazars à la recherche de tuniques et foulards me déprime à l'idée d'être voilée pendant un mois. Quand enfin nous pouvons mettre les voiles jeudi, le marche-pied ne remonte plus, on "perd" encore 1h à essayer de comprendre pourquoi. Il est 14h quand nous levons enfin le camp de se parking !

Direction les montagnes, puisque le bord de mer est pluvieux...

Notre guide nous vante le charme de la vallée du Firtinia, une petite rivière qui serpente au milieu des monts Kackar. Je suis un peu sceptique... le coup de la petite route pittoresque qui perd tout son charme sous la flotte, on me l'a déjà fait !

Eternels optimistes, nous tentons néanmoins notre chance. Nous quittons la départementale pour prendre la petite route. Il pleut toujours. La route est étroite, d'abord du béton puis des pavés glissants. Plusieurs éboulements de terrains se succèdent... je ne le sens pas, mieux vaut faire demi-tour ! Mais Renaud insiste un peu "on va jusqu'au prochain virage et on voit". Effectivement, c'est mieux et nous continuons quelques kilomètres jusqu'au château de Zil (Zil Kalé) où nous décidons de nous arrêter pour dormir. Ce sera un super bivouac : un cadre magnifique, personne sur la route, un petit café juste à côté tenu par une famille très sympa avec, cerise sur le gâteau, une bonne connexion internet qui nous permet de skyper un peu.

Le lendemain, notre optimisme est récompensé par un magnifique soleil. Nous en profitons pour visiter le château perché sur une avancée rocheuse au bord de la falaise. Nous trainons toute la matinée, faisant l'école dans le café tandis que Martin envahit l'espace en étalant tous ses jouets par terre.

Nous décollons finalement juste avant l'heure du dėjeuner, pour nous arrêter une vingtaine de kilomètres plus loin dans le village de Ayder, une ville très touristique qui fait un peu "faux". Les enfants en profitent pour manger leur 4eme Kuymak en 4 jours... sorte de fondue de fromage qui se mange avec du pain. C'est une spécialité de la région et nos enfants (qui en France détestent la fondue...) en raffolent !

En fin de journée, nous arrivons dans la ville d'Artvin, 25 000 habitants. D'emblée elle ne me plait pas malgré le cadre montagneux. Je crois que nous avons "fait" trop de villes, je préfère nettement les petits villages ! La nuit approche il faut vite qu'on trouve un coin où se poser alors on grimpe, on grimpe, on grimpe les interminables lacets de cette ville bâtie sur une colline jusqu'à sortir de la ville et repartir dans la montagne. Le GPS ne nous suit plus... On a le choix entre continuer cette route qui monte on ne sait où, et nous arrêter au bord de la route près d'un petit restaurant. Vu l'heure nous optons pour la deuxième option. A peine le moteur arrêté, le gérant du resto vient nous voir, nous propose un thė, pince les joues de Martin, se prend une photo avec Louise... la routine depuis que nous sommes en Turquie !

Au pied des monts Kackar
Au pied des monts Kackar
Au pied des monts Kackar
Au pied des monts Kackar
Au pied des monts Kackar
Au pied des monts Kackar
Au pied des monts Kackar
Au pied des monts Kackar
Au pied des monts Kackar
Au pied des monts Kackar
Au pied des monts Kackar

Publié dans Turquie

Commenter cet article

Pat 07/04/2015 18:47

Hello la family,
Curieux de vous suivre, j'ai été voir qques photos de Trabzon, ça a l'air d'une jolie station balnéaire, mais ça ne vous a apparemment pas plu...Je soupçonne Renaud d'avoir voulu faire un tour dans cette ville bien connue pour ses fanatiques de football !!! Sinon, les paysages de montagnes sont toujours aussi magnifiques, et la gastronomie a l'air bien sympathique. Quand je vois les routes sur lesquelles vous vous perdez à la nuit tombée, je ne peux m'empêcher de penser à David Vincent...
Tchao, per tutti, je vais lire votre dernier post.

Accolade 06/04/2015 14:03

Hi
Pourtant vu d'ici ça l'air sympa. Il nous manque la photo du parking et des camions pour évaluer le charme